Actualité/Asile/Etranger/Immigration/Insécurité/Opinion/Politique/Sécurité/Société/Violence

Le chef gitan est hors-la-loi.

L’ancien maire de la petite commune genevoise où vit le porte-parole des gens du voyage en Suisse affirme qu’il est hors-la-loi.

«Quand on s’installe quelque part, on ne vient pas comme cela. Nous, on fait des demandes. On est en Suisse, on connait les us et coutumes du pays». C’est ce que Michael «May» Bittel, porte-parole des gens du voyage, affirmait le 20 août dernier sur les ondes de la Radio Suisse romande. Selon lui, les gens de sa communauté qui résident en Suisse sont très respectueux des lois. Il ne faut pas faire d’amalgame avec les roms de passage et les stigmatiser.

Or, depuis plus de 10 ans, May Bittel nargue les autorités genevoises et fédérales rappelle l’ancien maire de l’enclave genevoise de Céligny, située entre Coppet et Nyon, où sa famille s’est implantée. «Je n’ai rien contre les gens du voyage, mais May Bittel n’a pas de leçon de droit à donner. Il ne fait que contourner lui-même la loi depuis qu’il a acheté un terrain en zone agricole à Céligny» dénonce Antoine Schütz.

Une église sur un terrain agricole

«Bittel a acquis près de 7000 m2 pour quelque chose comme 8fr. le m2. Le même terrain, déclassé et constructible, vaudrait plusieurs centaines de francs le m2. Alors que n’importe qui doit demander une autorisation pour construire le moindre poulailler, Bittel a goudronné en partie son terrain, il a aménagé une route avec une allée bordée de réverbères et construit dessus sans la moindre autorisation! Il a même réussi à obtenir de l’Etat de Genève un raccordement aux égouts. Il a eu tout ce qu’il voulait parce qu’il a argumenté qu’il appartenait à une minorité qui avait des droits et l’Etat a laissé faire!» précise le Genevois.

L’Etat de Genève fait le dos rond

Georges Monticelli, juriste au Département des constructions et des technologies de l’information de l’Etat de Genève confirme que May Bittel n’est effectivement «pas en conformité avec la zone», mais explique qu’une forme de deal a été passé entre le canton et le pasteur évangélique.

«Dans le cas de l’affaire May Bittel, il ne s’agit pas seulement d’un problème d’autorisation de construire sur un terrain agricole mais aussi d’un problème d’affectation de terrain pour les gens du voyage sédentarisés en Suisse. Un arrêté du Tribunal fédéral de mars 2003 a mis en évidence un certain droit qui devait être accordé à la communauté de s’installer sur un terrain dans le canton. Depuis cette décision de justice, les autorités du canton ont décidé de ne pas expulser manu militari la famille Bittel mais d’opter pour une autre solution» précise-t-il.

Un terrain bientôt prêt à Versoix

«Il y a une volonté politique de trouver un lieu pour les installer. Une parcelle a été achetée par l’Etat et déclassée à Versoix, dans le quartier de la Bécassière. Une autorisation de construire a été délivrée mais un voisin a déposé recours. Nous devons cette semaine rencontrer le recourant pour trouver une accord rapidement. Les travaux pourraient dès lors commencer ces prochaines semaines» note Georges Monticelli.

Reste à savoir, si la famille Bittel y déménagera une fois le terrain prêt. Antoine Schütz est certain qu’il ne bougera pas de Céligny. May Bittel explique, pour sa part, que le canton de Genève a attendu trop longtemps pour offrir un terrain aux gens du voyage de Versoix. «Je remercie l’Etat de nous avoir foutu la paix à Céligny! Pour ce qui est de déménager à Versoix, on verra en temps voulu et on a déjà réfléchi à quelques solutions…» explique May Bittel.

A Céligny, il affirme n’avoir jamais causé de problème à la commune. «Le terrain nous convient à merveille. Nous n’avons rien construit dessus. Tous ce qui existe est sur pilotis ou sur mobile homes. Tout est démontable, y compris notre église!» souligne May Bittel, 59 ans. «Je n’en veux pas personnellement à Monsieur Schütz, mais en tant que maire il n’a jamais voulu discuter. On n’est pas des Louis d’or, on ne peut pas plaire à tout le monde» conclut-il.

http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/-May-Bittel-n-a-pas-de-le-on-a-donner—25504346

Une réflexion sur “Le chef gitan est hors-la-loi.

  1. les gitans on leur a fait du mal dans le passé.. maitenant on essaye de les aider mais c’est eux qui se comportent parfois comme des escrocs pour compenser ce mal passé….. et le cycle opprimé oppresseur continue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s