Actualité/Etranger/Insécurité/International/Sécurité/Société/Violence

Insécurité à Lausanne.

Un homme a été blessé par plusieurs coups de couteau sur la rue de la Borde à Lausanne, dans la nuit de samedi à dimanche.

Dimanche, peu avant une heure du matin, la police est appelée sur la rue de la Borde, où un homme a reçu plusieurs coups de couteau. La victime, âgée d’une vingtaine d’années et domiciliée dans le canton, a immédiatement été prise en charge par une ambulance et a été conduite en milieu hospitalier. Ses jours ne sont plus en danger.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le jeune se trouvait en compagnie de trois hommes peu avant les faits. Ils ont pris la fuite avant que des personnes présentes constatent que l’homme avait été poignardé. Une enquête a été ouverte par le juge d’instruction de service. La police a lancé un appel à témoin.

http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Homme-blesse-a-coups-de-couteau-30828663

Un père de famille a eu une frousse bleue en se prenant de bec avec des jeunes usagers du métro samedi dernier.

Alexis* n’a ni bleu ni grosse douleur, mais il se souviendra longtemps de son altercation, samedi en début d’après-midi, avec un groupe de jeunes à la station «Sallaz» du M2. De retour de Zurich, ce papa de deux enfants rentre chez lui, valises en main, lorsqu’un ado l’effleure à la sortie du métro. Accompagné de deux amis, un garçon et une fille qui mendiaient dans le convoi, le jeune reproche à Alexis d’avoir failli lui péter le genou. Le ton monte entre les deux hommes, l’ami du garçon intervient, lâche un «fils de pute», puis pousse Alexis au sol. Une bagarre s’ensuit, lors de laquelle il reçoit des coups de la fille venue en renfort. «Tout s’est passé en une minute», note le papa. Tout juste se souvient-il d’avoir vu, à un moment, la fille foncer sur lui, une pierre en main, puis fuir avec ses amis. «Je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas reçue, mais on est passé près du drame.»

«On se fait toute petite dans le métro»

Du côté de la police, on confirme que deux patrouilles sont intervenues. Tous les protagonistes n’ont toutefois pas été retrouvés. Selon Jean-Philippe Pittet, porte-parole, la station «Sallaz» du M2 ne semble habituellement pas poser de problèmes particuliers. «C’est assez calme», confirme une commerçante du coin. «Mais quand il y a les jeunes dans le métro, on se fait quand même toute petite.»

«On passe nos vies à nous taire face à ces gens!»

Alexis, lui, reste choqué après sa mésaventure. «Je ne m’étais plus battu depuis 25 ans. La dernière fois, j’étais ado.» Il ne pense pourtant pas avoir commis une erreur en répondant à ses agresseurs, «des caricatures de banlieusards»: «On passe nos vies à nous taire face à ces gens, c’est leur donner à chaque fois raison.» Il considère que la vie qu’il menait à Barcelone, durant plusieurs années, était moins dangereuse que celle qu’il a retrouvée à Lausanne. «En Espagne je sortais jusqu’au petit matin, il n’y avait jamais de problème, ici il y a tous les week-ends des bagarres, y compris en pleine journée, comme cela m’est arrivé.» Pour garder son nom secret de ses agresseurs, Alexis ne déposera pas plainte.

http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Une-bousculade-finit-mal-a-la-sortie-du-M2-20209266

Publicités

Une réflexion sur “Insécurité à Lausanne.

  1. La rue de la Borde et la Place du tunnel à Lausanne était encore assez agréable il y a 4 ans, je fréquentais assez régulièrement la Bossette sympathique bistrot et avec des amis nous terminions souvent la soirée en fin de semaine au V.O. jusqu’à sa fermeture à 4h. du matin. Il y avait des concerts de Jazz et l’ambiance était relativement cool, la présence de quelques fumeurs de chichon et autres alcooliques et marginaux n’était pas vraiment menaçante. Actuellement ce quartier est devenu un repaire de dealers de coke et d’héroïne d’origine africaine et baltes, les derniers « de-souche » noctambules qui fréquentaient ces lieux ont tous déserté le quartier, excédés par le comportement agressif et violent de ces brutes épaisses.Je considère que ce « territoire » a été conquis par les barbares.On peut observer ce phénomène dans toute les grandes villes de Suisse et d’Europe.
    Il y a 2 ans un black m’a braqué avec un poignard à l’entrée du parking de Montbenon, heureusement pour moi, il était seul, j’ai réussi à le désarmer et à le balancer violemment dans l’escalier d’un puissant coup de pied.
    Depuis ce jour, j’ai définitivement viré dans le camps des identitaires,je me surprends parfois à remuer de sombres pensées haineuses envers ces racailles qui polluent ma ville. J’essaye de me raisonner et pourtant je dois l’admettre: Je suis devenu quelqu’un que je n’aurai jamais pensé être il y à quelques années.Quand je partage ces sensations avec d’autres amis, ils m’avouent qu’eux aussi adhérent à des idées qu’ils rejetaient jadis.
    Qu’en est il des lecteurs de ce blog ? Depuis quand et comment avez vous basculé dans le camps identitaire ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s