Immigration/Insécurité/Violence

Il taillade le visage d’une femme: 30 mois ferme

Justice | En cavale durant douze ans, il est reconnu coupable de tentative d’assassinat.

L’agression a eu lieu à l’avenue de l’Industrie la nuit du 1er au 2 novembre 1997.

J. était une belle femme. Aujourd’hui, elle a le regard fixe et sombre. Agée de 39 ans, cette Albanaise ne s’est jamais remise de la violente agression au couteau subie en pleine rue aux Acacias en 1997. Dépression, angoisses, la serveuse clandestine a quitté la Suisse depuis plusieurs années. Elle a même séjourné dans un établissement psychiatrique au Kosovo pour tourner la page. Vendredi, J. a pourtant osé se rendre au procès de l’homme qui lui a tailladé le visage.

Considéré comme un «schizophrène paranoïaque», le malfrat, en cavale durant douze ans, a été reconnu coupable de tentative d’assassinat. Mais sa peine, de trente mois de prison, a été suspendue au profit d’un traitement psychiatrique. Il doit en outre verser 40 000 fr. de tort moral à J.

Lame glaciale dans le cou

L’homme, un Kosovar proche de la famille de J., l’a poignardée sans raison apparente. A la mi-octobre 1997, il est persuadé, à tort, qu’il a perdu son emploi de serveur dans un café à cause de sa compatriote. Instable, ce clandestin, âgé de 44 ans, va rapidement rechercher du travail auprès d’un membre de sa famille, tenancier d’un café à la rue de Carouge. Face au refus du bistrotier, il multiplie les menaces et déclare même qu’il va s’en prendre à ses proches: «Je vais égorger J.» Deux semaines plus tard, ce marginal choisit de passer à l’acte. Armé d’un couteau de vingt centimètres, il rôde aux Acacias, en bas de l’immeuble où vit J. Cette nuit-là, la jeune femme est de sortie. Le temps passe lentement, il fait froid. Le malfrat s’impatiente en fumant ses Marlboro rouge. A 2h45, J. revient chez elle. Soudain, elle sent une lame glaciale dans son cou. Elle tente de se dégager et s’entaille la main. Le couteau glisse le long de son visage et lui découpe le front. L’agresseur la poignarde ensuite à la hauteur du menton. Puis sur le flanc gauche: la pointe de l’arme lui perce même un poumon.

L’homme prend la fuite. Sans papiers, J. tarde à se faire soigner et à dénoncer les événements. Elle craint le retour de son bourreau et son expulsion de Suisse. Le malfrat, lui, semble plus serein: il refait sa vie en Angleterre sous une autre identité. Il se met en ménage avec une femme qui lui donne trois enfants. Dépendant de l’assistance publique, il quitte un jour le domicile conjugal, vit dans la rue mais aussi dans un établissement pour personnes en rupture. L’enquête s’enlise. Puis, en 2009, à l’occasion d’une écoute téléphonique entre lui et sa famille suisse, la police retrouve sa trace. Extradé vers Genève, le prévenu, représenté par Me Nikolic, se montre peu bavard, invoquant des trous de mémoire.

Procureure suivie

J., elle, n’a rien oublié. Défendue, durant le procès, par Me Catherine Chirazi, elle témoigne derrière un paravent la séparant de l’accusé. Au final, le Tribunal correctionnel va dans le sens du réquisitoire de la procureure Tatiana Aliberti. A une exception près: cette dernière estimait, compte tenu de la dangerosité du prévenu, que le traitement psychiatrique devait se faire en milieu carcéral. Mais les juges considèrent qu’un suivi à hôpital psychiatrique sera suffisant pour pallier le risque de récidive et favoriser la guérison du malfrat.

www.tdg.ch/geneve/actu/taillade-visage-femme-30-mois-ferme-2011-09-19

2 réflexions sur “Il taillade le visage d’une femme: 30 mois ferme

  1. Depuis des années j’évoque le caractère dangereux des Balkaniques et des Portugais mais tous les candidats UDC passent comme chat sur braise sur ces deux maléfiques ethnies. Ils combattent les nord-africains c’est fort bien mais il ne faut jamais oublier les deux autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s