Insécurité/Société/Violence

Poignardé par un Algérien devant le local d’injection

L’agresseur écope de cinq ans de prison pour tentative de meurtre.

Poignardé couteau sang

Un coup de couteau asséné à la cuisse. Un autre au thorax. La lame frôle son poumon. B., toxicomane, a failli succomber à cette agression survenue un après-midi d’automne, devant le local d’injection Quai 9 à Cornavin. A la fin du mois dernier, l’homme qui l’a poignardé a été condamné à cinq ans de prison ferme, notamment pour tentative de meurtre. Le malfrat, un Algérien de 21 ans, est également prié de verser 8000 fr. de tort moral à la victime. Avocat de B., Me Robert Assaël en avait demandé 15 000. «Ce jugement apporte un peu de baume au cœur, relève l’avocat. Il n’en reste pas moins que le tort moral reste en Suisse ridiculement bas. Il serait temps que les tribunaux, sans tomber dans l’excès américain, adapte les montants alloués aux souffrances subies, même s’il est évident que l’argent ne les effacera pas.»

Le soir de l’agression, survenue le 11 octobre 2011, B. est au Quai 9, situé derrière la gare. Le prévenu entre et lui demande de sortir de l’établissement. B. se souvient alors d’avoir vu, quelques jours plus tôt dans le quartier, ce jeune Maghrébin qui lui demande du Rivotril. Mais B. n’a pas cet anxiolytique sur lui. Les esprits s’échauffent, les deux hommes s’empoignent puis en restent là. Le jour du drame, le prévenu a visiblement décidé de se venger. «Mon client a été agressé froidement, de manière déterminée et sans raison, avant même qu’il ait pu dire un seul mot! Cette violence est très inquiétante: le couteau a remplacé le verbe!»

Le détenu estime, lui, que le différend est lié à un conflit sur le contrôle de la vente de la drogue aux abords du Quai 9. La justice n’a pas retenu cette thèse. En revanche, elle reproche encore au prévenu d’avoir menacé une vendeuse du magasin Aperto de la gare. Cette dernière, qui n’avait pas encore ouvert au petit matin du 8 octobre, s’est retrouvée avec un homme menaçant et insultant. La jeune femme refuse de le faire entrer dans le commerce, encore fermé. «Qui es-tu pour me dire ça?» aurait dit le malfrat. La plaignante tente de se réfugier dans le magasin. Il la suit et la frappe deux fois au visage, une fois au bras droit. Avant de repartir, il lâche: «T’es morte.» Pour ces faits, l’homme est sommé de verser 1000 francs de tort moral à la vendeuse. Défendu par Me Noémi Elster, il fera recours contre cette condamnation prononcée par le Tribunal correctionnel. Le détenu a toujours contesté avoir rudoyé la vendeuse. Il estime que cette dernière le confond avec un autre Maghrébin.

www.tdg.ch/geneve/faits-divers/poignarde-local-injection-quai-9/story/21488610

Publicités

Une réflexion sur “Poignardé par un Algérien devant le local d’injection

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s