Actualité/Asile/Canton/Immigration/Opinion/Politique

Expulsions: «Genève devra respecter les droits humains»

Deux députés accueillent plutôt bien la création d’un centre fermé à Genève pour les personnes en phase d’expulsion.

DEALERS

La ministre suisse de l’Intérieur, Simonetta Sommaruga, a obtenu lundi l’accord des cantons pour accélérer encore le traitement des requérants d’asile. Les cantons se sont répartis les tâches. Disposant d’un aéroport, le canton de Genève accueillera les personnes en phase de renvoi à l’étranger. Depuis le 15 janvier 2013, court le délai de consultation publique en vue de bâtir trois nouveaux bâtiments pour les «Inad»et les requérants d’asile, au nord ouest de l’aéroport, proche du centre d’aviation générale.

Le député vert Christian Bavarel, membre de la commission de justice et de police, estime qu’il y a une certaine logique à cette répartition des tâches. Genève doit exécuter le droit fédéral. Mais, insiste l’élu, «la détention des personnes concernées doit se faire dans des conditions dignes. Genève ne doit pas oublier qu’elle est la capitale des Nations Unies pour les droits de l’homme.»

«S’il s’agit d’un centre fermé, nous n’avons rien contre», déclare Mauro Poggia qui a été membre de la commission police et justice du Grand Conseil genevois jusqu’à son élection au Conseil national. «Je doute que Pierre Maudet qui veut se donner une image de nettoyeur de Genève aurait accepté que ces gens courent dans nos rues.»

Sur l’action du ministre de la sécurité, l’élu MCG reste circonspect. Il est encore un peu tôt pour tirer un bilan.« J’observe une volonté d’intervention jusque parfois dans des détails qui tend l’ambiance à l’interne de la police», note le député.

Nouveaux centres pour les INAD

La Feuille d’avis officielle du canton de Genève du 15 janvier ne décrypte pas le mot INAD. Elle précise que trois corps de bâtiment sont prévus (un pour les INAD, un pour les requérants d’asile et un pour l’administration et le contrôle). Elle ne précise ni le volume ni le nombre de personnes que ce nouveau centre pourrait accueillir. Le terme INAD n’a rien à voir avec l’Institut des arts divinatoire que nous renvoie Google, mais est plus vraisemblablement l’acronyme utilisé pour désigner les internés administratifs dans les domaines aéroportuaires fermés.

«Night stop»

Dans le cadre de la planification genevoise de la détention 2012 2020, un document rendu public par Pierre Maudet en novembre 2012, il est indiqué que le canton envisage «d’ouvrir d’ici 2021 dans le périmètre de l’aéroport une plateforme d’une capacité de 50 places pour assurer une présence de très courte durée («night stop») des personnes sur le point d’être renvoyées. Il s’agit, précise encore le document, de s’assurer, sur le lieu de l’embarquement que l’étranger sans statut ne se soustraira pas à son départ.»

Selon ce rapport, la détention administrative de plus longue durée pourrait voir le jour en 2017 dans l’enceinte de Champ Dollon. Le bâtiment Brenaz, doté de 168 places, sera affecté à cette fonction. «La proximité de l’aéroport justifie une telle implantation en territoire genevois», notait alors le chef du Département cantonal de la sécurité.

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/geneve-doit-appliquer-droit-federal-respect-droits-humains/story/17057897

Expulsions: «Genève devra respecter les droits humains»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s