Actualité/Insécurité/Violence

Quatre braquages le même jour, un Colombien et un Congolais arrêtés

Après deux tentatives et deux braquages consommés, ils sont arrêtés

2 hommes, nés en 1983, originaires respectivement de Colombie et du Congo, domiciliés dans le canton de Genève, ont été appréhendés pour brigandage.

www.geneve.ch/police/communiques/bulletins-journaliers-du-sprp/welcome.asp?comId=1967

Coop Genève supermarché

Les deux individus qui ont braqué ce matin la Coop des Ormeaux, à Lancy, ont commis bien d’autres méfaits aujourd’hui. Ils seraient responsables de quatre braquages dans la même matinée, dont deux ont échoué. C’est ce que rapporte la police, qui tente encore d’établir les responsabilités exactes des deux individus, interpellés en début d’après-midi. En milieu de journée, on apprend que le Coop des Ormeaux a été attaquée par deux individus, armés d’un couteau et d’un spray au poivre. Ils se font remettre de l’argent avant de prendre la fuite à pied. Les faits se sont déroulés à onze heure.

Moins d’une heure auparavant, un autre commerce a été attaqué à la rue de Genève, à Thônex, soit à l’autre bout du canton. Ici, la tentative échoue. Mais les malfrats ont plus de chance dans un deuxième commerce non loin de là. L’un tient en respect la commerçante au moyen d’un couteau alors que l’autre s’empare de la caisse avant de sprayer le visage de la tenancière de la boutique.

spray au poivre

C’est ensuite au tour de la Coop de Lancy. Mais ce n’est pas terminé. Une demi-heure plus tard, deux individus fondent sur un quatrième magasin à l’avenue des Grandes-Communes. Ici, le gérant réussi à mettre en fuite les malfrats et appelle la police.

Les patrouilles de police ont intercepté deux individus à proximité des lieux de cette dernière tentative. Ils sont soupçonnés d’avoir participé à tous ces braquages. Ces personnes, nés en 1983, originaires respectivement de Colombie et du Congo, sont domiciliés à Genève. Et « défavorablement » connus des services de la police. Ils ont été appréhendés pour brigandage.

www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/quatre-braquages-jour-deux-hommes-arretes/story/14483796

Publicités

5 réflexions sur “Quatre braquages le même jour, un Colombien et un Congolais arrêtés

  1. Donc, quand on est un voleur congolais ou colombien, on peut « résider » dans l’une des villes les plus chères du monde et où il est le plus difficile de trouver un logement. J’aimerais bien qu’on m’explique.

  2. Location au noir voire logement social.

    L’année dernière, un immeuble d’un quartier proche du centre a été éventré par un incendie. Le conseiller administratif en charge (le seul « de droite ») s’est engagé à reloger les clandestins qui s’y trouvaient.

  3. Merci de votre réponse, mais je suis toujours perplexe : quel intérêt, pour un propriétaire, de louer au noir, dans un marché où la demande solvable est à ce point supérieure à l’offre ?

  4. Peut-être un effet pervers du contrôle des loyers : le propriétaire peut être tenté de ne pas rénover un immeuble un peu délabré, car les augmentations de loyers qui en résulteraient sont trop peu incitatifs. Donc il préfère louer au noir des appartements qui ne sont plus aux normes (c’était le cas de l’immeuble qui a pris feu). Ce n’est qu’une hypothèse.

    « Le droit du bail est l’autre principale source de blocages. À bien des égards, Genève a «perfectionné» le droit suisse en colmatant des brèches qui ailleurs font office de soupape aux forces du marché. C’est le cas de la loi sur les démolitions, transformations et rénovations de maisons d’habitation (LDTR) qui décourage la rénovation des immeubles, provoque la dégradation des surfaces locatives et favorise le bricolage, menant à des pratiques douteuses. Car loin de résoudre les problèmes auxquels ils étaient supposés répondre, ces dispositifs en ont créés d’autres, souvent inattendus, mais allant tous vers la diminution de l’offre. »

    http://www.avenir-suisse.ch/fr/21740/geneve-un-exemple-a-ne-pas-suivre/

  5. « À Genève, une loi définit la pénurie de logements. Selon cette définition le canton de Genève serait en pénurie permanente… depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. »

    En France, c’est depuis… 1918. A l’exception, je pense, d’une brève parenthèse autour des années 1970.

    Les raisons sont les mêmes (moins l’exigüité du pays) : la grande difficulté à construire et à investir dans le logement, en raison de la sur-réglementation destinée, en principe, à protéger les locataires (et les paysages).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s