Asile/Economie/Immigration/Politique

Les frais des 7 classes de requérants scolarisés seront payés par l’Etat

Crissier ne veut plus être seule à financer les infrastructures utilisées par des écoliers issus de l’EVAM. Le Canton paiera

classe africains enfants

Le coût des infrastructures scolaires occupées par des enfants de requérants d’asile préoccupe Crissier. La commune compte le plus grand foyer de l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM) du canton, qui en compte trois autres, à Bex, à Leysin et à Sainte-Croix. Huitante enfants fréquentent aujourd’hui ses écoles.

«Ces enfants occupent sept classes et nous devons construire un collège parce qu’il nous manque de la place. Pourquoi le Canton ne nous aide-t-il pas à le payer? Je ne remets pas en question le fait qu’on scolarise ces enfants. Mais ce centre nous est imposé et il engendre des frais que les autres Communes n’ont pas», souligne le conseiller communal du Rassemblement des opinions libres Jacques Carnal

Historiquement, le financement de la scolarisation des enfants de migrants est réparti entre le Canton et les Communes qui les hébergent. Le premier procure le personnel, les fournitures et les cours facultatifs. Il paye aussi un forfait par élève et par mois de 25 francs. Les Communes se chargent des infrastructures, du mobilier, des camps et du transport notamment. Une situation que Crissier juge injuste, tant la place vient à manquer, tous types d’élèves confondus.

Mais en fait, sans le savoir, la Commune réclame ce qui lui est dû. La loi lui donne raison depuis le 1er janvier 2011. La scolarisation des requérants au sens large n’est plus l’affaire des Communes. Depuis cette date, les écoliers de l’EVAM sont à 100% à la charge de l’Etat.

«Nous travaillons actuellement au calcul de ce qu’il faut payer rétroactivement aux Communes concernées, pour 2011 et 2012», indique Pierre Jaccard, directeur général adjoint de l’enseignement obligatoire. Pourquoi avoir attendu deux ans et être contraints au remboursement? Question de timing, répond-on au Canton.

Crissier e sera probablement la seule à signer une convention avec le Canton, englobant un coût fixe. Pour les autres, dont Sainte-Croix et Leysin, mais aussi les dizaines de localités concernées, l’option d’un coût marginal, au cas par cas, enfant par enfant, se dessine.

www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/frais-requerants-scolarises-payes-etat/story/29573033

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s