Immigration/Politique/Suisse

Il sera plus dur de devenir Suisse

La Commission des institutions politiques du National serre la vis sur les conditions de naturalisation. Le requérant devra notamment «bien communiquer au quotidien dans une langue nationale». Grosse bataille politique en vue

passeport

Après le durcissement de la loi sur l’asile, nouveau serrage de vis sur l’acquisition de la nationalité suisse. La Commission des institutions politiques du Conseil national a décidé aujourd’hui que les critères d’admission devaient être renforcés. La droite s’en félicite, la gauche le déplore. Le vote de la loi a été acquis par 12 contre 8 et 2 abstentions.

Le projet va nettement plus loin que ce que voulait le Conseil fédéral. Rapide survol des changements proposés:

10 ans ans au lieu de 8 ans. Le Conseil fédéral voulait une durée de séjour minimale de 8 ans pour pouvoir demander le passeport suisse. La commission a relevé la barre à 10 ans. Par rapport à la situation actuelle (12 ans), c’est cependant plus clément.

Pas d’accélération pour les jeunes. Le Conseil fédéral souhaitait qu’un jeune entre 10 et 20 ans bénéficie d’un coup de pouce. Ses années de résidence auraient compté double. La commission n’en a pas voulu par 14 voix contre 10.

Mode de vie suisse. Le Conseil fédéral demandait au requérant d’être «familiarisé avec les conditions de vie en Suisse». La Commission va un poil plus loin dans la suissitude en exigeant qu’il soit «familiarisé au mode de vie suisse».

Maîtrise de la langue. Le Conseil fédéral demandait au requérant de faire preuve de son «aptitude à communiquer dans une langue nationale». Insuffisant pour la Commission. Elle exige qu’il soit apte «à bien communiquer au quotidien dans une langue nationale, à l’oral et à l’écrit». Cette décision a été la plus combattue. Elle a été tranchée à une voix près. Elle fera certainement l’objet d’une grosse bataille en plenum.

Admission provisoire non valable. Le Conseil fédéral voulait prendre en compte, lors du calcul de la durée de séjour, tout séjour effectué sous le régime de l’admission provisoire. La commission y a mis son veto. Mais là aussi à une très courte majorité par 12 voix contre 11.

24heures.ch

Publicités

Une réflexion sur “Il sera plus dur de devenir Suisse

  1. Il est évident que c’est encore nettement insuffisant, et il y a même un pas en arrière (dix ans de séjour requis au lieu de douze). Que l’exigence de « bien communiquer au quotidien dans une langue nationale, à l’oral et à l’écrit » soit controversée montre à quel point ils sont encore intoxiqués par l’idéologie multiculturaliste au point de perdre le bon sens le plus élémentaire.

    Nous allons continuer d’accorder notre nationalité à des personnes qui n’ont rien de suisse. Espérons que leur nombre diminue le plus possible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s