Actualité/Canton/Etranger/Immigration/Insécurité/Violence

Un braqueur Cap-Verdien fait exploser son butin !

Un jeune Cap-Verdien a été condamné lundi à 36 mois de prison dont la moitié avec sursis. Il avait fait exploser un bancomat en 2011. Mais le butin de 240 000 fr. a été détérioré par une encre de sécurité.

topelement

Joao* croyait pouvoir se faire beaucoup d’argent rapidement en attaquant en juin 2011 un bancomat de la Banque cantonale vaudoise à Corcelles-près-Payerne (VD). Le gang constitué de cinq personnes – les autres malfaiteurs ont été déférés séparément – avait sévi en faisant exploser le guichet automatique bancaire avec une bonbonne de gaz reliée par un câble à la batterie d’une voiture. Les brigands se sont emparés ensuite des cassettes contenant l’argent. Ils croyaient avoir fait le plus dur en s’échappant, avant l’arrivée de la police, avec un butin d’un peu plus de 240’000 fr.

De l’argent jeté dans la forêt

C’est au domicile de l’ouvrier cap-verdien, situé non loin de Payerne, qu’ils vont faire une découverte qui les fera déchanter. Lors de l’explosion, une encre de sécurité rouge a détérioré la quasi totalité de l’argent. Joao voit sa richesse subite fondre. La mort dans l’âme, il met le magot inutilisable dans un sac poubelle. Avant de tout jeter dans une forêt près de Moudon (VD).

Mais le Cap-Verdien de 25 ans et le reste du gang savent que la police vaudoise est à leurs trousses. Ils sont arrêtés un à un. Joao prend l’option de quitter la Suisse. Sa cavale a pris fin en avril 2012 aux Pays-Bas. Il sera extradé en Suisse trois mois plus tard.

Trois ans de prison dont la moitié avec sursis

L’ouvrier cap-verdien de 25 ans a bu, lundi, le calice jusqu’à la lie. Le Tribunal correctionnel de la Broye et du Nord vaudois l’a condamné à une peine privative de liberté de 36 mois dont la moitié est assortie d’un sursis de trois ans. Confus et en larmes, il a expliqué que son comportement déviant avait pour cause ses «mauvaises fréquentations». Il a promis d’emprunter le bon chemin et de travailler toute sa vie pour payer – solidairement avec le reste du gang– un montant total de quelque 330’000 fr. En plus de la BCV, la commune de Corcelles-près-Payerne – propriétaire du bâtiment abritant le bancomat – s’est aussi portée plaignante. Elle réclame 92’000 francs.
Papa de deux bébés qui vivent au Portugal, Joao est actuellement sans statut légal en Suisse.

http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Brigand-de-la-BCV-culotte-mais-malchanceux-27350052

Publicités

Une réflexion sur “Un braqueur Cap-Verdien fait exploser son butin !

  1. C’est pas cher payé pour un braquage en bande organisée… Le juge aurait été ému face à la comédie du cap verdien ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s