Actualité/Canton/Europe/Immigration/Insécurité/International/Opinion/Politique/Sécurité/Suisse

Recruter davantage de gardes-frontière

Malgré les réticences du Conseil fédéral, le Conseil des Etats a exigé que des mesures concrètes soient prises pour enrayer la criminalité transfrontalière. Il a transmis lundi par 36 voix contre 4 une motion du National.

images

La question occupe le Parlement depuis des années. Les Chambres n’ont de cesse de réclamer un renforcement des effectifs, mais le Conseil fédéral rechigne notamment pour des questions budgétaires, a rappelé Claude Hêche (PS/JU).

«Or il y a urgence à agir», selon lui. On sait très bien dans l’arc lémanique que la criminalité organisée passe les frontières, a souligné Géraldine Savary (PS/VD). Idem à Bâle, proie de bandes venues de France, a précisé Anita Fetz (PS/BS).

Hausse de la criminalité

Malgré la hausse de 35 postes déjà acceptée par le Conseil fédéral, la situation n’est actuellement pas maîtrisée, a critiqué Jean-René Fournier (PDC/VS). La criminalité augmente fortement: de 2010 à mi-2013, le nombre de personnes appréhendées aux frontières est passé de 9500 à 17’200, celui des immigrants illégaux de 5600 à 11’700.

Les cantons frontaliers ne sont pas les seuls à pâtir de la situation, Zurich, par exemple, est aussi touché, a enchaîné l’indépendant schaffhousois Thomas Minder. Et de prédire des scénarios comme celui du bijoutier niçois qui a abattu son agresseur si rien n’est fait pour garantir la sécurité des citoyens.

La motion exige que Corps des gardes-frontière (Cgfr) retrouve au moins les effectifs fixés à l’entrée en vigueur des accords de Schengen et de Dublin (2012 postes). Une hausse supplémentaire doit en outre permettre de lutter contre l’immigration, la criminalité frontalière et la contrebande.

Un renforcement des contrôles aux frontières aurait aussi des effets bénéfiques pour la santé, via la lutte contre le trafic de stupéfiants, et les rentrées fiscales, a ajouté Claude Hêche.

Réticences

Tout en jugeant nécessaire que des mesures soient prises, la minorité n’estimait pas nécessaire de fixer des objectifs précis au gouvernement. Elle voulait se contenter d’un postulat chargeant le Conseil fédéral de présenter la situation dans son rapport de gestion. Les moyens financiers requis pour la création de postes supplémentaires devraient être inscrits au budget.

Mais on ne peut pas demander régulièrement des coupes dans le personnel dans les différents programmes d’économies puis exiger des hausses ensuite, a prévenu la ministre des finances Eveline Widmer-Schlumpf. Une augmentation des effectifs doit être planifiée.

Le Conseil des Etats a en revanche enterré trois autres propositions du National visant un renforcement du Cgfr. N’estimant pas nécessaire de modifier la législation, il a refusé de donner suite à une initiative parlementaire d’Yves Nidegger (UDC/GE).

Pas question non plus de toucher à la souveraineté policière cantonale, comme le réclamait une motion de Luc Barthassat (PDC/GE). Enfin, une hausse de 100 à 200 gardes-frontières, exigée par Hans Fehr (UDC/ZH), a été jugée arbitraire.

www.20min.ch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s