Actualité/Etranger/Immigration/Insécurité/Suisse

« il n’y pas de Suisse dans cette prison »

L’ancien manager de GC, Bâle et Zurich est incarcéré depuis douze jours. Il raconte son arrestation et ses conditions de détention à la prison zurichoise de l’Helvetia-Platz.

topelement

Erich Vogel (74 ans), ancien manager de Grasshopper, Bâle et Zurich, est en détention préventive dans la prison zurichoise de l’Helvetia-Platz depuis maintenant douze jours. Le motif? Une sombre (et présumée) affaire de chantage exercée sur l’actuel directeur sportif de Young Boys Fredy Bickel, après la signature par ce dernier d’un document compromettant en 2002. Un agent de joueurs est également incarcéré dans une autre prison de la région zurichoise.

De sa cellule de 4 mètres sur 2,5, Erich Vogel a répondu aux questions du Blick par l’intermédiaire de son avocat. Sans, évidemment, pouvoir s’exprimer sur les raisons qui lui valent d’être emprisonné.

Vogel a commencé par dire que pour lui, «tout va bien. C’est une nouvelle expérience pour moi, et je veux la prendre comme un grand défi. Je lis, j’écris et je fais du sport tous les jours dans ma cellule. La nourriture est étonnamment bonne

Une clameur pour Streller

Il est ensuite revenu sur les conditions de son arrestation: «C’était quelque chose de spécial. J’étais seul chez moi et me préparais à aller en ville (de Zurich). Lorsque j’ai fermé ma porte de garage, trois formes sont apparues, trois armoires à glace. J’ai d’abord pensé qu’il s’agissait d’un cambriolage, et j’ai hésité à m’enfuir. J’ai ensuite été soulagé quand l’un d’eux m’a dit qu’il était de la police cantonale. Les policiers m’ont fait rentrer chez moi, avant de me descendre en ville. Rien à dire sur leur comportement, ils étaient très gentils.»

Erich Vogel a enfin dit à quel point les autres prisonniers avaient du respect pour lui. «Même s’il n’y pas de Suisse dans cette prison, je ne m’ennuie pas. L’un des prisonniers m’a demandé quel âge j’avais et pourquoi j’étais ici. Un autre m’a dit que chaque homme devait faire l’expérience d’être emprisonné une fois dans sa vie. L’ambiance est plutôt bonne. Tous les prisonniers suivent le football à la télé. Quand Bâle a inscrit le but de la victoire contre Chelsea (ndlr: tête de Streller à la 81e minute mercredi dernier), il y a eu une formidable clameur dans le bâtiment. Et tous se sont mis à marteler leur porte de joie.»

www.lematin.ch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s