Actualité/Canton/Etranger/Opinion

Un journal local compare les étrangers à des sangliers

L’hebdomadaire davosien «Gipfel Zytig» a été rappelé à l’ordre par le Conseil de la presse, pour avoir comparé des étrangers à des sangliers.

-

La satire ne doit pas servir à couvrir la diffusion de propos discriminatoires. Le Conseil de la presse juge que l’hebdomadaire davosien «Gipfel Zytig» a dépassé les limites en comparant les étrangers à des sangliers. Ce n’est pas la première fois que la publication se fait remettre à l’ordre.

L’utilisation d’une métaphore animalière propageant des préjugés sur les étrangers n’est pas acceptable, même dans le cadre d’un article satirique, estime le Conseil de la presse mardi. L’organe prenait position suite à une plainte déposée contre le gratuit davosien.

Le Conseil de la presse rappelle que les comparaisons avec des bêtes ont souvent été utilisées dans des campagnes de propagande raciste au cours de l’histoire.

Au début de l’année déjà, le Conseil de la presse a approuvé une plainte sur un autre article de «Gipfel Zytig». Le journal proposait alors de nouvelles paroles pour l’hymne national sous forme d’une tirade d’injures envers différentes nationalités.

www.lematin.ch

Publicités

Une réflexion sur “Un journal local compare les étrangers à des sangliers

  1. Encore un prédateur portugais qui fait des siennes, ils ont l’inceste dans le sang : en Valais au moins 3 condamnations pour incestes ces deux dernières années.
    On peut les assimiler à des sangliers cousins des porcs.

    Un père condamné pour abus sexuels sur sa fille
    Mis à jour le 01.10.2013
    Depuis le début de la procédure, le père n’a cessé de nier les faits qui lui sont reprochés, estimant être victime d’un complot.
    Un homme de 48 ans a été condamné mardi à cinq ans de prison par la Cour pénale du canton de Neuchâtel pour avoir contraint sa fille à entretenir des rapports sexuels avec lui. Les faits se sont étendus sur une dizaine d’années.
    La Cour pénale a ainsi confirmé la peine prononcée par le tribunal de première instance. En mai, la justice avait condamné ce ressortissant portugais à cinq ans de réclusion pour actes d’ordre sexuel avec des enfants, contraintes sexuelles et viols au terme d’une audience à huis clos.

    Depuis le début de la procédure, le père n’a cessé de nier les faits qui lui sont reprochés, estimant être victime d’un complot. Mais la Cour a jugé crédibles les déclarations de la victime et a écarté la théorie du complot. C’est la jeune fille qui a dénoncé les actes commis par son père.
    (ats/Newsnet)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s