Actualité/Canton/Insécurité/Opinion/Société/Suisse/Violence

Il chasse ses braqueurs et finit devant les juges

Un vendeur comparaît pour avoir blessé deux individus, encagoulés et armés, à Yverdon-les-Bains.

L’employé accusé (à g.) était accompagné mardi de son patron. (photo: lmo)

L’employé accusé (à g.) était accompagné mardi de son patron. (photo: lmo)

Il est environ 16 h 30, le 6 novembre 2010, lorsque deux hommes pénètrent dans un magasin d’articles pour fumeurs à Yverdon-les-Bains. Pas pour acheter de quoi faire pousser la marijuana qu’ils consomment, mais pour y commettre un braquage.

Encagoulé et armé de pistolets à plombs, le duo demande au patron de lui remettre la caisse. L’employé de l’enseigne ne l’entend pas de cette oreille. Après avoir remarqué qu’il s’agissait d’armes factices, il tente de désarmer les braqueurs. S’ensuit alors une bagarre, au cours de laquelle les coups pleuvent.

Le salarié du magasin, touché par plusieurs plombs, poursuit les malfaiteurs lors de leur fuite. C’est là que l’histoire devient plus floue. L’employé se serait servi d’une barre de fer pour arrêter ses agresseurs. Il en aurait frappé un, déjà à terre alors que celui-ci était maîtrisé notamment par un policier en civil. «J’ai vu rouge, reconnaît l’horticulteur de formation. A la base, j’ai pris la barre de fer pour défendre mon patron.»

L’homme est accusé de lésions corporelles simples qualifiées, au vu de l’importance des plaies de ses «victimes» (traumatisme crânio-cérébral notamment). «Nous espérons que la condamnation se résumera à quelques frais minimes», relève Me Mathias Burnand, conseil du vendeur de 32 ans. Les braqueurs devraient pour leur part être condamnés à payer d’importantes sommes. L’un d’eux ne s’est toutefois pas présenté à l’audience. Le verdict sera rendu ultérieurement.

Légitime défense en question

En France, deux cas ont défrayé la chronique dernièrement. Le 11 septembre, un bijoutier niçois a abattu l’un de ses deux braqueurs. Accusé d’homicide, son cas a suscité une vague de soutien réunissant 1,6 million de personnes sur Facebook. A Marseille, la légitime défense a été retenue dans le cas d’un buraliste qui a tiré sur l’un de ses trois braqueurs, le 30 septembre.

www.20min.ch

Une page Facebook a été créée en soutien au vendeur:

www.facebook.com/SoutienAuVendeurYverdon

Publicités

Une réflexion sur “Il chasse ses braqueurs et finit devant les juges

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s