Economie/Insécurité/Sécurité

Un guide et un site web pour venir en aide aux victimes de cambriolages

Novembre est le mois préféré des voleurs par effraction. Une doctorante a élaboré un guide pour venir en aide aux victimes, qui restent parfois traumatisées.

cambrioleur

Ils pénètrent dans un appartement, prennent les valeurs, s’emparent d’objets privés. C’est en ce moment, en automne, que les cambrioleurs sont les plus actifs, selon les chiffres de la compagnie d’assurance Allianz. Chaque année, après le passage à l’heure d’hiver, les infractions augmentent de 20% (lire encadré). Elles sont deux fois plus nombreuses en novembre qu’en juillet, affirme l’Office fédéral de la statistique (OFS). En ce qui concerne la moyenne annuelle, un voleur accède à une maison ou à un appartement toutes les huit minutes.

Ce qui fait de la Suisse le pays le plus cambriolé d’Europe.

«Des voleurs sont venus chez moi lorsque j’étais en vacances, raconte Barbara, 26 ans. La police avait déjà changé la serrure lorsque je suis rentrée. J’ai appelé mon copain et je lui ai demandé de rentrer en premier, pour évaluer les dégâts.» La Montreusienne explique à quel point il était bizarre de retrouver son appartement sens dessus dessous. «J’avais plein de photos au mur et sur l’ordinateur qu’ils ont piqué, ils pouvaient donc savoir qui j’étais. C’était pour moi une expérience traumatisante, j’y pensais souvent». Trois mois plus tard, la jeune femme se fait à nouveau cambrioler. «Dès lors j’ai fait placer une barre à ma porte et j’ai installé un système de lumière automatique. Je suis devenue une pro dans le domaine! Grâce à ça je n’ai plus peur.»

Chaque cas fait des victimes, qui gardent parfois des séquelles. «Elles subissent ce qu’on appelle un trouble d’adaptation, elles ont du mal à accepter ce qui s’est passé, explique Rachel Bachem, de l’Institut de psychologie de l’Université de Zurich. Ce trouble se manifeste notamment par une grande anxiété et par l’insomnie, en conjonction avec la fatigue et la difficulté à se concentrer». Certaines victimes sont tellement marquées qu’elles ont peur de quitter leur domicile, tandis que d’autres n’osent plus y mettre les pieds.

Auto test

Dans le cadre de sa thèse de doctorat, Bachem a élaboré un guide pour tous ceux qui souffrent pendant plusieurs semaines après avoir été cambriolés. La brochure propose plus de 80 pages d’informations et d’aide pratique. La doctorante recommande de répondre aux questions sur les premières pages environ trois semaines après une attaque. L’auto-test est ensuite suivi par une assistance concrète: «Nous avons mis en place des instructions pour des exercices comportementaux, tels que ceux que l’on utilise pour le traitement de la dépression», explique Rachel Bachem.

Il y a deux ans, la Zurichoise Caroline Wilhelm a aussi longtemps souffert d’un sentiment d’insécurité suite à un vol par effraction. Cet automne, elle a lancé Einbruch-diebstahl.ch, un site qui regorge d’astuces pour venir en aide aux victimes: adresses de serruriers, d’entreprises de nettoyage, de psychologues, blocage des cartes de crédit, etc. Elle a assisté Bachem dans la création de son guide: «Il est toujours utile de faire quelque chose de concret pour surmonter cette situation d’impuissance», note-elle.

Quelque 60’000 vols en un an
La statistique policière de la criminalité a dénombré l’an dernier environ 60’000 cambriolages dans toute la Suisse, dont quelque 34’300 chez des privés. Les voleurs ont sévi en moyenne 214 fois par jour en novembre 2012 en Suisse. Ce qui représente presque le double des cas recensés pendant un mois d’été. Le passage à l’heure d’hiver, et l’obscurité précoce qui en découle, offrent aux malfrats des conditions idéales. Entre avril et septembre, la police a enregistré entre 130 et 155 larcins par jour, précise mercredi l’OFS. Ce chiffre inclut aussi bien les cambriolages perpétrés chez des privés que dans des magasins, ateliers et bureaux. «Un vendredi soir, je suis rentrée chez moi après une soirée. La porte était verrouillée de l’intérieur, et toutes les fenêtres ouvertes. J’ai vite compris ce qui s’était passé! J’ai fortement paniqué, en pensant à mes photos perdues. Tous les objets électroniques avaient disparus. Je m’en suis remise, mais je suis un peu parano depuis. Je connais une femme qui a été en dépression pendant 6 mois après avoir été cambriolée. Elle n’avait pas beaucoup d’argent, et les voleurs devaient être tellement fâchés de ne rien trouver qu’ils ont tout renversé et ils ont déféqué sur le lit.» Olivia, 27 ans, Morges
«Des voleurs ont cassé une vitre pour pénétrer chez moi, il y a un an. Ils ont pris les ordinateurs, les appareils photos, les montres et quelques bijoux. Heureusement, peu d’affaires personnelles ont été touchées. Le plus troublant, c’est de se dire qu’il y avait un inconnu chez soi. On ressent de la rage et un certain mal-être, avec la peur que ça se reproduise. Cela a duré 2-3 semaines.» Fabrice, 32 ans, Neuchâtel

www.20min.ch/ro/news/suisse/

Advertisements

2 réflexions sur “Un guide et un site web pour venir en aide aux victimes de cambriolages

  1. Il faut traverser le périphérique, aller chez les indigènes là-bas, les descendants de Vercingétorix… Il faut casser les portes, et si elles ne veulent pas s’ouvrir, il faut y aller aux forceps.
    Partout ou la diversité n’existe pas, ça doit être comme une invasion de criquets, dans les concours de la fonction publique, dans la police nationale…
    Partout de manière à ce qu’on ne puisse plus revenir en arrière.

    Azouz Begag, 2005

  2. « les voleurs devaient être tellement fâchés de ne rien trouver qu’ils ont tout renversé et ils ont déféqué sur le lit. »

    Déféquer sur le lit, le crime est signé de gens qui voyagent beaucoup. La police a au moins l’ADN du cambrioleur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s