Asile/Opinion/Politique

Le canton de Vaud ne veut pas d’un centre de requérants d’asile à Moudon

Le gouvernement vaudois s’oppose à l’éventuelle transformation de la caserne de Moudon en centre de requérants d’asile de 540 places.

requérants asile africains

Pour le conseiller d’Etat Philippe Leubala transformation de la caserne de Moudon (VD) en centre de requérants est «une perspective totalement déraisonnable» et constitue «une faute politique».

«Officiellement aucune décision n’a été prise; le canton n’a été approché ni par le Département de la défense, ni par celui de Mme Sommaruga», a déclaré mardi le chef du Département de l’économie et des sports (DECS). Mais, depuis une semaine, des bruits font état de ce changement d’affectation.

10% de la population

«Moudon compte 5000 habitants. Y placer 540 requérants, soit plus de 10% de la population, est totalement déraisonnable», s’indigne le conseiller d’Etat en charge de l’asile. «C’est la position du collège gouvernemental», a-t-il poursuivi.

«Moudon accueille déjà plus d’une centaine de requérants dans des appartements de l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants», a t-il rappelé. «Avec 540 requérants, la cité broyarde deviendrait le plus grand centre de requérants de Suisse. Actuellement, il s’agit de Bâle qui compte 350 requérants, mais pour 160’000 habitants», a-t-il remarqué.

Collège déterminé

«Cela ne se réalisera pas». La détermination du collège gouvernemental est pleine et entière, a assuré le conseiller d’Etat. «On n’imagine pas que cela se fasse contre l’avis du canton, même si la Confédération a la compétence de passer outre».

Si le canton se montre aussi ferme, c’est qu’il fait déjà largement plus que les autres cantons avec Vallorbe, l’un des quatre centres d’enregistrement de Suisse qui accueille 180 requérants. Vaud est également en train de réaliser un centre d’hébergement secondaire de 100 places aux Rochats sur la commune de Provence, a rappelé M. Leuba.

La mobilisation s’étend

Le conseiller national PLR Olivier Feller a déposé trois questions concernant la fermeture de la place d’armes de Moudon qui seront traitées lundi prochain au Conseil national.

Il demande notamment qui a développé l’hypothèse de l’installation dans cette ville d’un centre fédéral de requérants d’asile et selon quels critères Moudon a été choisie. Une résolution circule par ailleurs au Grand Conseil vaudois.

www.24heures.ch/suisse/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s