Immigration/Opinion/Société

Les Roms sont peu discriminés par les médias suisses

ETUDE

Plus de 80% des contributions journalistiques ne discriminent pas les Roms et les Yéniches en Suisse, selon une étude présentée par la Commission fédérale contre le racisme (CFR).

caravanes femmes roms gitanes

Bien que la presse suisse recoure à des généralisations une fois sur deux vis-à-vis des Roms et des Yéniches, l’utilisation de stéréotypes négatifs n’intervient que dans environ 12% des cas, note la Commission fédérale contre le racisme (CFR) sur la base d’une étude qu’elle a confiée à l’Université de Zurich.

La CFR a déjà formulé une partie de ces conclusions en décembre 2012. Elle avait alors délivré les premiers résultats de l’enquête, depuis achevée.

Le recours aux généralisations se différencie selon le type de médias. Les quotidiens de boulevard en font usage dans 65% des articles sur le sujet, suivis notamment des quotidiens (48%) et des journaux gratuits (43%), a souligné jeudi devant les médias à Berne Patrik Ettinger, auteur de l’étude.

La commission regrette la façon dont les médias donnent la parole à la communauté. Ils le font certes dans 13% des cas, soit «davantage que pour d’autres minorités», a reconnu Patrik Ettinger. «Mais cette population n’est appelée à s’exprimer que pour se justifier, réagir», a déploré Martine Brunschwig Graf, présidente de la CFR.

Les médias relaient la position du pouvoir exécutif dans 24% des contributions. Suivent notamment la police (12%), le pouvoir législatif (10%) et judiciaire (6%).

Traitement différent concernant l’étranger

Environ 80% de l’information sur le sujet en Suisse se focalisent sur les problématiques liées au nomadisme, à la mendicité, à la criminalité, à l’asile et à la prostitution. A peine plus du 10% des contributions portent sur la discrimination subie et l’intégration de la communauté.

Le traitement de la situation des Roms à l’étranger s’avère différent. Il se concentre dans plus de 60% des cas sur les discriminations dont ils sont victimes et leurs efforts d’intégration. La criminalité représente moins d’une contribution sur dix, et la mendicité est presque absente.

Augmentation de l’intérêt

Que l’information porte sur la Suisse ou l’étranger, les médias suisses se penchent toujours davantage sur la communauté depuis la fin 2007, et plus encore depuis 2010. La quantité d’articles et de reportages s’est multipliée par cinq environ entre 2007 et 2012.

La raison principale en est «l’attention portée aux conflits et aux éléments négatifs», explique Patrik Ettinger, dans la version écrite de l’enquête. Le chercheur évoque par exemple les problèmes liés au «camping sauvage», aux enfants roms et à la procédure juridique, finalement classée, portant sur une couverture jugée raciste de l’hebdomadaire alémanique «Weltwoche», tous datés de 2012.

Remplacer par «Fribourgeois» ou «Valaisan»

La CFR invite les médias à ne pas «ethniciser» des problèmes sociaux complexes. Pour une meilleure information du grand public, elle les encourage à varier les angles d’approche et à tenter de comprendre les réalités économiques et sociales vécues par ces minorités en Suisse dans toute leur diversité. Elle incite en outre à nuancer les propos, éviter les amalgames et ne pas tomber dans la facilité.

«Essayez une fois de remplacer ce terme «rom» dans vos textes par «fribourgeois», «valaisan», ou n’importe quel autre canton. Pour voir l’effet que ça fait», a proposé Martine Brunschwig Graf. «On lit beaucoup trop le mot «les». On devrait plutôt parler de «l’un ou l’autre» individu», a-t-elle ajouté.

Peur

La présidente de la CFR précise toutefois que les «médias ne doivent en aucun cas nier des réalités. Mais il faut différencier les Roms, les Yéniches, les gens du voyage, et toutes ces communautés.» Car certains gens du voyage suisses «répugnent à dire qui ils sont, de peur d’être assimilés à des Roms criminels.»

L’étude «Qualité de l’information sur les Roms dans les principaux médias de Suisse» a été réalisée par le Forschungsinstitut Öffentlichkeit und Gesellschaft (fög) de l’Université de Zurich. Elle analyse le traitement médiatique des Roms et des Yéniches en Suisse entre 2005 et 2012.

Treize publications écrites de divers types et quatre émissions de télévision publique ont été examinées. En Suisse romande, il s’agit des quotidiens «Le Temps», «24 heures», «Le Matin», «20minutes», «Le Matin Dimanche» et feu «Le Matin bleu». S’y ajoutent les émissions télévisées «Le Journal» et «Infrarouge».

www.lematin.ch/suisse/

Publicités

Une réflexion sur “Les Roms sont peu discriminés par les médias suisses

  1. la commission fédérale contre le racisme est dirigée par mme brunscwig graf, ca explique bien la haine qu’ elle a de la Suisse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s