Immigration/Société/Violence

Le mendiant roumain a tué la Suissesse handicapée à coups de poêle

GENÈVE

Le Roumain qui a tué une femme à coups de poêle à frire au mois de mai dernier ne s’est guère montré collaborant.

Sur place, il n’a pas voulu refaire les gestes qu’il a commis au soir du 17 mai dernier. Il n’a pas expliqué pourquoi il s’était saisi d’une poêle à frire et avait frappé sur le corps et sur la tête de son amie. «En trente ans de carrière, je n’ai jamais vu un prévenu refuser de participer à une reconstitution, un acte très important pour l’enquête», constate Robert Assaël, l’avocat de la partie civile. «Il est choquant que, par convenance personnelle, le prévenu n’ait pas fait l’effort de collaborer avec la justice pour pouvoir apporter certaines réponses à la famille de la victime. Quel manque d’empathie!» s’insurge-t-il.

scellé poêle

Un parcours cabossé

La victime habitait ce petit appartement du premier étage depuis une dizaine d’années. «Elle était très gentille. Sa mort m’a vraiment fait de la peine», relève un voisin qui se souvient s’être pris de bec avec celui qui se retrouve aujourd’hui prévenu de meurtre. «Il n’avait pas la clé et il voulait quand même entrer», raconte-t-il.

Alors, c’est vrai, la Suissesse connaissait des problèmes d’alcool. Plus jeune, elle était tombée dans la drogue. A l’âge de 20 ans, un grave accident dans un tram lui laisse de graves séquelles: on doit lui amputer une main. Au bénéfice de l’aide sociale, elle choisit volontairement d’être placée sous curatelle. Dix-huit mois avant sa mort, la presque quadragénaire fait la connaissance de T. L’homme est célibataire, sans domicile connu, il est arrivé en Suisse un peu plus d’un an auparavant. Il vit de la mendicité. A l’appartement de la rue Dancet, ça boit pas mal et les disputes sont régulières. Parfois, cela finit mal. Une fois, la Suissesse a fini à l’hôpital. Mais comme elle l’avait confié à un proche, «elle préférait recevoir des coups que d’être seule».

Le soir du drame, une énième bagarre éclate. Des voisins entendent des cris. Et puis plus rien. T. aurait dormi à côté de sa compagne sans se rendre compte qu’elle était morte. Il se rendra à la police plus de vingt-quatre heures après les faits. L’expertise psychiatrique qui a été ordonnée a conclu à sa pleine et entière responsabilité. Le procès devrait avoir lieu l’an prochain.

www.lematin.ch/faits-divers/

Publicités

9 réflexions sur “Le mendiant roumain a tué la Suissesse handicapée à coups de poêle

    • la suisse reste quand meme un havre de paix avec sa propre armée et surtout hors de l’union européenne votre neutralité vous sauvra mais c’est vrai que je vois de plus en plus de faits divers concernant la suisse:::

    • Et vous les française qui coucher avec tout les « cousin » d’Afrique du Nord … plus grand p…. que les femme française n’existe pas. Par compte si le mec qui la tue c’était un suisse pourquoi l’historique été différent? Quand ont parle d une autre nationalité vous êtes tous de patriotes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s