Actualité/Insécurité/Violence

Adolescent de 17 ans décédé après une agression à Yverdon

Le mineur a été découvert blessé à la tête à la place Bel-Air, jeudi en fin d’après-midi. Il est décédé des suites de ses blessures en fin d’après-midi.

place Bel-Air Yverdon racailles

Le mineur qui a été agressé à la place Bel-Air à Yverdon-les-Bains jeudi, est décédé des suites de ses blessures au CHUV, vendredi en fin d’après-midi.

D’après le journal 24heures du samedi 18 janvier, l’adolescent a été agressé car il portait une veste de la marque Lonsdale (NDLR)

L’auteur présumé a été entendu par la Présidente du Tribunal des mineurs et a ensuite ordonné qu’il soit placé en détention provisoire.

Agression en pleine journée

Un passant a découvert un jeune de 17 ans blessé à la tête, jeudi en fin d’après-midi à la place Bel-Air à Yverdon. Acheminé en ambulance à l’hôpital, le mineur a ensuite dû être héliporté au CHUV, indique la police cantonale.

Domicilié dans la région, le jeune est de nationalité suisse. Les policiers ont pu identifier des témoins lors d’opérations de recherche sur place. Un autre jeune, âgé de 16 ans, s’est rendu un peu plus tard au poste de police en expliquant qu’il était impliqué dans cette agression. Les inspecteurs l’ont entendu pendant la nuit et les informations qu’il a fournies ont permis de déterminer plus précisément les circonstances de l’événement.

La police lance un appel à témoin pour retrouver des personnes susceptibles de donner plus d’informations sur cette agression. Le no de contact est le 021 644 44 44.

www.24heures.ch/vaud-regions/nord-vaudois-broye/

En 2003, dans la commune francophone suisse d’Yverdon, Mickael, un jeune patriote de 18 ans, avait été massacré dans une gare par un groupe d’immigrés (notamment cap-verdien et « franco-algérien ») qui voulaient d’abord le racketter.

Vendredi dernier, dans cette même ville, un autre Suisse – âgé de 17 ans – est mort après avoir été frappé par un « suisso-colombien », dont la bande considérait la victime comme un « facho », « en raison notamment de sa veste griffée Lonsdale ».

Il y a actuellement peu de détails dans les médias, et les quelques articles de la grosse presse suisse parlent surtout du meurtrier, le présentant comme un jeune exemplaire…

www.contre-info.com

Un second mineur interpellé

Le jour en question, il se trouvait avec l’auteur présumé, lorsqu’

ils ont remarqué un jeune homme portant une veste de marque. Il aurait alors incité son camarade à frapper la victime.

Peu après, l’auteur présumé de l’agression a donné un unique coup de poing à la tête du jeune homme, provoquant sa chute. La victime n’a à aucun moment provoqué quiconque sur la place, écrit la police dans son communiqué.

www.20min.ch/ro/news/vaud/

Drame d’Yverdon: Dylan, 17 ans, mort pour rien

Il aurait eu 18 ans en mars. Le 16 janvier, Dylan est mort d’un coup de poing donné par un jeune de 15 ans sur la place Bel-Air à Yverdon. Hommage à un garçon tranquille qui rêvait de devenir un bon cuisinier. 

Dylan Yverdon cuisinier

«Je vous l’assure, ce n’était pas un garçon violent, il était gentil, il croquait la vie à pleines dents!» Océane, son amie d’enfance, insiste sur le verbe: oui, Dylan croquait la vie comme il aimait la bonne cuisine, celle qu’il mitonnait au restaurant La Pinte où il était en deuxième année d’apprentissage. Jeudi 16 janvier, le jeune homme a été agressé par un garçon de 15 ans, sur la place Bel-Air à Yverdon, manifestement encouragé à passer à l’attaque par un autre adolescent. L’agresseur s’est rendu à la police quelques heures après le drame, l’autre mineur a également été appréhendé. Une attaque surprise, par l’arrière, sans avertissement. Un coup de poing imbécile, la chute sur le bitume. Dylan est mort le jour suivant au CHUV. Le fait d’avoir porté une veste de la marque Lonsdale, que s’est attribuée aujourd’hui une frange de l’extrême droite, serait à l’origine du drame.

«Regardez, j’en porte une aussi, et je ne suis pas raciste», lance Océane, l’organisatrice de la marche blanche qui a réuni samedi dernier quelque 500 personnes venues déposer une bougie sur l’autel improvisé à la mémoire de Dylan, là où sa bouille espiègle et juvénile en photo semble à mille lieues d’imaginer son funeste destin. «Au début, soupire Océane, j’ai cru que c’était un gag de Dylan, le roi de la blague à deux balles. Je m’attendais à le voir sortir du bus en rigolant du bon tour qu’il nous a joué.» Piercing, cheveux décolorés, veste griffée Hardcore, la jeune fille sait que son copain de toujours ne fera plus jamais rire personne.

L’hommage de son père
«C’était un bosseur, poli, à l’heure, un peu effronté parfois, sourit Vincent Feriau, son chef en cuisine au restaurant La Pinte, mais qui ne l’est pas à cet âge-là? Je l’aimais beaucoup. Le matin du drame, il tenait absolument à ce que je lui apprenne la technique de la cuillère!» Vincent, lui-même un ancien de Crisci et de Chevrier, a fait broder en dernière minute «Genilloud Dylan» sur une de ses vestes de chef. Dylan l’a emportée avec lui dans les cuisines du paradis. «Il la méritait. Je suis persuadé qu’il serait devenu un très bon cuisinier.»

Dylan le cuisinier, Dylan le pêcheur, le cueilleur de champignons, le bouliste («Un bon tireur qui pouvait jouer toute la nuit», se souvient le patron de l’Amicale de Bercher). Autant de facettes évoquées à l’église avec tendresse et émotion par Laurent, son père. «Tes cris de joie quand tu trouvais un bolet, ma fierté quand je te voyais pêcher une belle truite. «A quoi sert d’étudier des choses qui ne servent à rien?» me demandais-tu souvent en parlant de l’école, toi qui n’aimais pas rester assis en classe. Dylan, tu as été un cadeau du ciel pendant dix-huit ans et tu resteras à jamais dans notre cœur.»

On est loin de l’image de l’ado provocateur ou facho. Dylan portait une veste Lonsdale mais il l’avait achetée à la boutique Metro de Fribourg, en prévision de l’hiver, et il l’aimait pour son look, a expliqué Claudia, sa maman. Dylan? Avant tout un garçon facétieux qui aimait la nature, les animaux, faisait la cuisine bénévolement dans les camps religieux. Se réjouissait de passer son permis. Il suffit de lire les hommages récoltés sur la page Facebook ouverte à sa mémoire pour dénicher de jolies pépites, comme ce post de Maxime: «Tu ne seras peut-être qu’une simple actualité dans le journal ou sur nos murs Facebook, mais dans nos cœurs tu es gravé, en souvenir de ta tête d’ange et de ton rire inoubliable.»

«Dylan n’avait rien à voir avec ça»
L’enquête pénale suit son cours. Selon la présidente du Tribunal des mineurs, Béatrice Tailleur Bolli, il n’y a pas eu d’altercation ni d’échange verbal ou de regard entre l’agresseur et sa victime. Quant aux conclusions de l’autopsie, qui doit déterminer si c’est le coup ou la chute qui a provoqué la mort de Dylan, la présidente nous oppose toujours le «secret de l’instruction».

«Dylan ne faisait pas partie des adolescents avec qui j’avais l’habitude de discuter, relève de son côté Monique Maillard-Jan, éducatrice de rue, ce qui est plutôt bon signe. Les groupes ici ne sont pas homogènes mais fluctuants. Il suffit d’un rien pour déchaîner la violence: un inconnu qui s’habille différemment, être d’un autre club de foot ou de musique… L’an passé, on s’en est pris à un jeune qui arrivait du sud de la France. «Monique, il nous regarde d’une drôle de manière», me disaient ceux qui fréquentent cette place. Il y a encore tout un travail à faire autour de la tolérance.»

Il est 18 heures ce samedi 25 janvier et les lumignons scintillent au milieu des fleurs et des messages de condoléances. Océane remercie les marcheurs, la famille de Dylan se recueille, sa mère lâche avec des centaines d’autres personnes un ballon blanc dans la nuit. «C’est dommage que des mouvements d’extrême droite (lire page 30) récupèrent ce moment pacifique, s’insurge un habitant d’Oppens, le village de la victime. J’ai failli quitter le cortège quand ils se sont mis à chanter des trucs pas très catholiques. Dylan n’avait rien à voir avec ça!»
Dylan, qui n’ouvrira jamais avec sa sœur ce restaurant dont il rêvait. Mais son dessert fétiche va lui survivre sur la carte du restaurant qui l’employait. «C’était le roi de la tarte Tatin» confie, ému, le chef Feriau. Qui aime bien l’idée qu’on honore la mémoire de Dylan en dégustant une bonne chose.

www.illustre.ch

Publicités

12 réflexions sur “Adolescent de 17 ans décédé après une agression à Yverdon

  1. Et un petit tour en poney … suivi d un cour de boxe thai et il devrait être remit sur le droit chemin ….. Vive les croisement et l importation et un immense bravo au parent du suisso colombien pour l éducation de leur mouflet .

  2. Envoyons les tous en Syrie pour un stage de survie! Au fait 700 jeune musulmans « français » sont actuellement en Syrie et combien de musulmans « suisses »?

  3. les témoins sont clairement nommés sur les rapports de police qui sont en possession des avocats des coupables! Et comme la justice suisse n’est pas plus fiable que les autres, le pire est tout à fait possible! Par exemple que les noms des témoins soient donnés aux famille des coupables! C’est marrant mais toutes les mafias internationales sont maintenant en Suisse au travers « des faux réfugiés »!

  4. Pingback: 4 jours avant le meurtre d’Yverdon, un autre jeune tabassé car présumé raciste par ses agresseurs | Suzy Desouche

  5. Pingback: page Facebook: "Le meurtrier de Dylan doit être déchu de la nationalité suisse" | Suzy Desouche

  6. Incroyable tout cela! J’espère que tous ceux qui militent tellement contre l’initiative du 9 février reviennent au bon sens et à la raison en lisant ces articles et votent OUI! Un grand BRAVO aux verts tessinois pour leur courage et bravo aussi pour ce blog!

  7. Pingback: Tribus de jeunes: "racailles" issues de l’immigration contre "fachos" majoritairement suisses | Suzy Desouche

  8. Pingback: Meurtre de Dylan : justice suisse complètement inadaptée à la réalité actuelle - Les Observateurs

  9. Avant toute chose condoléances à la famille de cet enfant.
    Rien ne justifie un acte de violence gratuit rien, je suis profondément triste pour cet enfant dont les parents ne connaîtront jamais l homme et le papa qu’ il serait devenu.
    Je ne dis rien sur le coupable car cet acte au delà de cette violence est indigne d un être humain,frapper partir en laissant sur le sol un blessé. …et puis rentrer chez soi…attendre le jugement et continuer sa vie d ado…..avec sa propre famille…pouvoir se regarder dans une glace tous les jours….compassion…compassion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s