Criminalité/Justice

Les prisons romandes sont pleines à craquer

Les prisons et établissements pénitentiaires suisses détenaient 7072 adultes lors d’un recensement début septembre 2013, pour une capacité officielle de 7048 places.

prison Champ-Dollon

Les prisons et établissements pénitenciers suisses détenaient 7072 adultes en septembre 2013, alors que leur capacité officielle s’élève à 7048 places. Le nombre de prisonniers mineurs est lui en nette diminution, d’environ un quart depuis 2011.

Tandis que les cantons latins affichent un taux d’occupation de 115,5%, les Alémaniques se situent en dessous de 100%.

Les premiers misent à court terme sur une gestion efficace des dossiers pour y remédier, explique lundi Blaise Péquignot, secrétaire général de la Conférence latine des chefs des départements de justice et police (CLDJP).

«Il faut évaluer la situation de chaque détenu, dont sa dangerosité. S’il remplit toutes les conditions, on peut alors le libérer».

Pour traiter les dossiers plus efficacement, «on aurait idéalement besoin de davantage de personnel.» Même si les autorités le font aujourd’hui dans «des délais normaux», ajoute-t-il.

«Et actuellement, on tend plutôt à serrer la vis», précise M.Péquignot dans la foulée. «Il faut donc faire avec une certaine surpopulation».

Près de 10% d’augmentation

Il n’empêche qu’au niveau suisse, le nombre global de prisonniers a augmenté de près de 10% en un an. En 2012, le système carcéral enregistrait 6599 détenus.

RAPPEL:

Prison de Champ-Dollon: 92% des prévenus sont étrangers

https://sdesouche.wordpress.com/2012/12/14/prison-de-champ-dollon-92-des-prevenus-sont-etrangers/

Durant les dix ans écoulés, le nombre de détenus étrangers dans les prisons suisses a augmenté de 25% pour atteindre 5258, soit plus de 74% de la totalité de la population carcérale alors que les étrangers représentent 23% de la population suisse. Le nombre de Suisses en détention est resté à peu près stable durant cette période. Parmi les personnes en détention préventive ou pour des motifs de sûreté, la proportion d’étrangers atteint même 82% dont un grand nombre d’individus sans autorisation de séjour et 8% de requérants d’asile criminels.
Ces chiffres confirment une fois de plus si besoin en était que le problème de la criminalité en Suisse est un problème d’étrangers. Et la responsabilité de cette situation incombe aux autorités politiques, le Conseil fédéral en tête. Cela fait plus de trois ans que l’initiative pour le renvoi des étrangers criminels est entrée dans la Constitution fédérale, mais le Conseil fédéral recourt à tous les moyens possibles et imaginables pour ne pas l’appliquer. Il s’avère également que l’on a grossièrement menti au peuple à propos des effets positifs de l’espace Schengen. La réalité est que l’adhésion à l’accord de Schengen a des conséquences désastreuses pour la Suisse en ouvrant grandes les portes aux touristes criminels qui peuvent écumer le pays en franchissant sans peine des frontières non contrôlées.
Cette inaction de la politique compromet la sécurité intérieure de la Suisse et coûte des milliards aux citoyennes et citoyens pour l’exécution des peines et pour les dommages causés par cette criminalité importée. 
www.svp.ch (parti UDC)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s