International/Religion/Sécurité

Une dizaine de « Suisses » combattraient avec les rebelles en Syrie

Une dizaine de combattants suisses se trouveraient en Syrie ou seraient en passe d’y aller, selon le service de renseignements de la Confédération. La surveillance de ces milieux est de mise.
islamistes jihadistes ak-47 kalachnikov

Le service de renseignements de la Confédération (SRC) estime qu’une dizaine de combattants suisses se trouvent en Syrie ou sont en passe de s’y rendre, a indiqué jeudi un porte-parole à la radio alémanique SRF.

Crainte d’une radicalisation

Il pourrait s’agir de djihadistes ou d’aventuriers, a-t-il ajouté. Le SRC suit leurs déplacements avec attention. La Syrie peut être atteinte directement depuis la Suisse ou via des Etats tiers, ce qui rend la surveillance difficile.

Ces hommes pourraient être formés dans un camp à l’étranger et se radicaliser, craint le SRC « Ceux qui reviennent et ceux qui recrutent en Suisse sont très dangereux. Nous surveillons ces milieux », a précisé le porte-parole.

Il y a neuf mois, le SRC avait encore indiqué ne rien savoir de djihadistes suisses en Syrie. Ces déplacements ont cependant augmenté, a affirmé le porte-parole. Parallèlement, le nombre de voyages vers des pays comme l’Irak ou l’Afghanistan a diminué.

www.rts.ch/info/

Ces jeunes sans casier judiciaire ni appartenance claire à un réseau extrémiste sont difficiles à identifier. Ils seraient, pour près d’un quart, de nouveaux endoctrinés, récemment convertis à l’islam. Les autres sont souvent binationaux ou d’origine nord-africaine.

A la DCRI, on considère en avoir identifié 382. La propagande est bien faite : vidéos, sites Internet, etc. Ce qui explique la croissance arithmétique des départs depuis un an, même en l’absence de tout réseau structuré. Ils rejoignent le groupe islamiste Djabhat Al-Nosra ou la faction locale d’Al-Qaïda, l’EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant). Un groupe d’au moins dix jeunes ont quitté la région de Strasbourg en décembre, indiquant à leurs parents qu’ils partaient en vacances.

En octobre, un jeune Strasbourgeois se faisant appeler Abou Al-Qaaqaa trouvait la mort près d’Alep, dans un attentat-suicide. […] Pour ceux qui franchissent le pas, la Syrie s’avère souvent une terre de désillusion. «Les recrues européennes, et donc françaises, sont utilisées comme chair à canon», expliquent deux officiels du renseignement. On s’en sert comme kamikazes. Au moins 17 Français ou binationaux sont déjà morts en Syrie, et près de 80 sont revenus en Europe depuis le début de l’insurrection, en 2011. «Le problème n’est pas tant qu’ils partent, c’est quand ils reviennent, explique un haut responsable.

Ils sont formés idéologiquement et capables de passer à l’action où et quand ils veulent. Des bombes à retardement potentielles.»

www.parismatch.com/Actu/International/

Publicités

3 réflexions sur “Une dizaine de « Suisses » combattraient avec les rebelles en Syrie

  1. C est pas des Suisses pour la précision ….. nous nous allons pas en Syrie au cas ou
    c est quoi ces titres a la con ! qu es ce que nous irions foutre làs bas franchement !
    C est des importés peut être mais vous pouvez les y laisser vont pas nous manquer !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s