Europe/Immigration/Opinion/Politique

Non monsieur, la Suisse n’est pas une dictature xénophobe !

POLEMIQUE – Le blogueur et membre de Debout la République Laurent pinsolle rappelle que la décision de la Suisse de limiter l’immigration est un choix démocratique et dénonce la tentation autoritaire des élites médiatiques et politiques européennes.

aurent Pinsolle anime le blog gaulliste libredepuis 2007. Il est membre de débout la République, le parti de Nicolas Dupont-Aignan.

Les Suisses reprennent le contrôle de leurs frontières

images

Finalement, 50,3% des Suisses ont soutenu l’initiative lancée par l’UDC visant à restreindre l’immigration dans leur pays.

Une décision démocratique qu’il convient de respecter

et qui révèle également la nature autoritaire de certaines institutions ou éditorialistes qui la critiquent.

Un simple contrôle des mouvements de personne

Tout d’abord, il faut relativiser le choix des Suisses. Premièrement, 50,3% de la population s’est prononcée en faveur de ce texte. Il s’agit donc d’un simple choix démocratique qui devrait être pris pour tel. Ensuite, on peut rappeler qu’il s’agit de revenir à la situation de 1999, avant les accords avec l’UE. Que l’on sache, la Suisse n’était pas une horrible dictature xénophobe à cette époque. Enfin, il faut lire le texte de la proposition de loi, qui n’a absolument rien de xénophobe. Il propose seulement de fixer des quotas pour le nombre d’immigrés acceptés chaque année (incluant le droit d’asile) et affirme la primauté du droit suisse sur tout traité international sur la question de la circulation des personnes.

Bref, même si la campagne a sans doute été l’occasion de dérapages, il s’agit simplement pour les Suisses de reprendre le contrôle de qui rentre chez eux, chose somme toute logique pour un petit pays riche de huit millions d’habitants au milieu d’un ensemble d’un demi-milliard de personnes. Il n’est pas choquant que la population ait voulu mettre un frein à une immigration nette de 80 000 personnes par an comme le rapporte le Monde, soit 5 à 10 fois plus qu’en France, proportionnellement. C’est un peu comme si les Suisses voulaient pouvoir à nouveau pleinement décider qui peut rentrer dans leur maison ou non, ce dont les textes européens les privent en partie, comme cela est le cas dans toute l’UE.

Une critique très révélatrice

La commission européenne, la majorité actuelle et une partie des médias ont critiqué ce choix, ce qui n’est guère démocratique. Certains sont tombés dans une emphase ridicule: Jean Quatremer demandant «Quand la démocratie accouche de Hitler, il faut applaudir?». Je le renverrai au très caustique texte de David Desgouilles l’imaginant dans un Rendez-vous en terre inconnue: la démocratie. Ce faisant, il est difficile de ne pas voir dans ces réactions la crainte suscitée par le décalage grandissant entre l’opinion des citoyens et la leur. Si les Français avaient à voter sur un tel texte (qui n’instaure que des quotas – non chiffrés – et un contrôle renforcé des frontières), ils voteraient oui.

bonneteau genève

Mais cela montre aussi, comme l’avait anticipé Emmanuel Todd en 2008, dans «Après la démocratie», qu’il existe une vraie tentation post-démocratique dans une partie des élites, tentation que cette votation va sans doute renforcer. Cette tentation est particulièrement forte dans les cénacles européens, qui avaient refusé que le premier ministre grec interroge son peuple sur les plans, et qui ne prend jamais un «non» pour une réponse, ce qui ne sera pas possible avec la Suisse. Cette tentation est aussi forte dans une partie de la gauche qui a recourt à l’anathème pour éviter tout débat pluraliste, comme l’a expliqué Natacha Polony suite à l’émission où Pierre Moscovici a qualifié Jacques Sapir d’extrême-droite.

Devant l’ampleur des flux migratoires en Suisse, plutôt que de la condamner, il faut chercher à comprendre la décision des électeurs suisses. Il faut aussi s’interroger sur les politiques suivies depuis des années, qui ne recueillent pas l’assentiment de la population et sur les raisons de ce décalage.

www.lefigaro.fr

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s