Actualité/Criminalité/Insécurité

Alerte Terroriste à la frontière Franco-Suisse: pas d’explosifs, seulement de la drogue du violeur

Bouteille suspecte: pas d’explosif, mais de la drogue

Un Egyptien de 33 ans a été interpellé jeudi dans un train de nuit Paris-Venise avec une bouteille suspecte dans laquelle du GHB, la «drogue du violeur», a été décelée, alors que les premières analyses laissaient supposer des substances explosives.

www.lematin.ch/faits-divers/

Un passager du train Paris-Venise qui transportait une bouteille suspecte a été interpellé vers 2h du matin à Ferrières-sous-Jougne.

pompier police doubs Vallorbe terroriste

Selon un communiqué envoyé à 9h59 par la préfecture du Doubs.– Dans le cadre d’un contrôle réalisé dans la nuit du 12 février au 13 février 2014 par les douanes dans le train circulant dans le sens Paris – Venise, les douaniers montés à bord du train à la gare SNCF de Dijon ont procédé au contrôle d’un homme qui transportait une bouteille plastique dont le contenu est apparu suspect.
Les douaniers sont descendus du train accompagnés du passager et du dit colis à la gare de Ferrières-sous-Jougne, avant de se rendre dans les locaux de la douane de Vallorbe. La gendarmerie du Doubs a été saisie à 2 h du matin. Avant l’arrivée des démineurs et comme convenu avec le centre opérationnel de gestion interministérielle des crises, les pompiers du Doubs ont écarté l’hypothèse d’un produit radioactif.
Néanmoins, en application de la procédure en cas de découverte de plis ou colis suspect, les démineurs sont chargés de vérifier l’éventuelle présence de produit explosif. A cet effet, les démineurs de Colmar, arrivés dès 7 h par hélicoptère, procèdent aux investigations habituelles pour ce type d’objet. En parallèle la procédure NRBC (nucléaire, radiologique, biologique et chimique) est également enclenchée. Toutes les personnes mises en contact avec l’individu et le colis ont été prises en charge. Le passager qui transportait la bouteille est actuellement, selon la procédure, placé sous contrôle des Douanes en attendant le résultat des différentes analyses. Le parquet a été tenu informé par les gendarmes. Un périmètre de sécurité est en place autour du poste de douane. Les autorités qui gardent lme secteur sont assez tendues, la presse est totalement tenue à l’écart.

11h.- La bouteille incriminée aurait été découverte, cette nuit, avec un étrange conditionnement. Ce qui augmente les suspicions. Cinq douaniers et trois gendarmes en contact direct avec l’homme interpellé auraient été isolés et pris en charge. Des examens de contrôle étaient prévus sur les huit fonctionnaires.

11h15.- C’est le conditionnement de la bouteille qui est apparu étrange aux douaniers, protégée entre autres avec du papier aluminium selon Isabelle Epaillard-Patriat, la directrice de cabinet du préfet. Ainsi que la nationalité du jeune homme qui la transportait dans ses bagages. Il serait d’origine moyen-orientale, ce que ne confirme pas le parquet qui suit les développements de l’affaire avec circonspection, préférant attendre que soit clairement identifié le contenu de la bouteille avant de communiquer.

13h30.- Le secrétaire général de la préfecture Joël Mathurin est arrivé sur place. Il va faire un point avec les journalistes présents d’ici quelques minutes. Selon quelques indiscrétions recueillies sur place,

l’occupant du train interpellé dans la nuit serait un Egyptien de 33 ans. La bouteille suspecte aurait été entourée d’aluminium et de plâtre, elle aurait porté la mention « nitroglycérine ».

Les risques nucléaires ont très vite été écartés, les risques d’explosion semblent également peu probables, on attend sur place une équipe spécialisée et un laboratoire mobile venu de Metz pour analyser le produit. Les risques chimiques et bactériologiques n’étant toujours écartés, les huit personnes qui ont été en contact avec le suspect et la bouteille sont toujours confinés dans un batiment de la douane. Leur cas est actuellement discuté dans le PC de commandement, en présence de Joël Mathurin.

14h15.- Le secrétaire général de la préfecture a confirmé la mise en oeuvre d’une procédure d’urgence dite « NRBC » pour contrôler les risques d’ordre nucléaire, radioactif, biologique ou chimique. « Les deux premiers ont été levés, nous attendons désormais l’arrivée d’un laboratoire mobile venu de Metz pour caractériser la nature de cette bouteille mystérieuse », explique Joël Mathurin. Qui pourrait donc présenter des risques soit biologiques, soit chimiques.
Tout est suspendu à l’analyse de ce récipient de moins d’un litre, au contenu « liquide-solide », selon le secrétaire général.
Les cinq douaniers et trois gendarmes au contact du colis « vont bien », mais ne sortiront pas de leur isolement tant que la nature du produit reste inconnu. Même situation figée pour l’homme interpellé, toujours confiné dans les locaux des douanes.
L’individu n’a pas opposé de résistance lors du contrôle nocturne effectué à 2h dans le train Paris-Venis. Mais le suspect n’a pas su « apporter des réponses claires » sur son colis suspect. « Sinon, nous n’en serions pas là… », reconnaît Joël Mathurin, au coeur d’un important dispositif de sécurité. En fonction des résultats obtenus par le laboratoire mobile, qui pourraient ne pas être connus avant la fin de la journée, l’individu sera peut-être placé en garde à vue.
Sur place, tout est donc figé…

www.estrepublicain.fr/doubs/

Publicités

Une réflexion sur “Alerte Terroriste à la frontière Franco-Suisse: pas d’explosifs, seulement de la drogue du violeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s