Actualité/Opinion/Politique/Suisse

La majorité des Suisses tient aux bilatérales

Le peuple suisse tient aux accords bilatéraux avec l’Union européenne en dépit du «oui» à l’initiative contre l’immigration de masse, selon un sondage publié dimanche.

 Selon l'enquête du SonntagsBlick, 74% des personnes interrogées se prononcent contre une dénonciation des bilatérales par la Suisse. 19% sont pour et 7% n'ont pas d'avis.

Selon l’enquête du SonntagsBlick, 74% des personnes interrogées se prononcent contre une dénonciation des bilatérales par la Suisse. 19% sont pour et 7% n’ont pas d’avis.

L’UDC se montre prête à trouver des solutions, selon son président Toni Brunner. Mais pour ce faire, elle demande un deuxième siège au Conseil fédéral.

Selon l’enquête du SonntagsBlick, 74% des personnes interrogées se prononcent contre une dénonciation des bilatérales par la Suisse. 19% sont pour et 7% n’ont pas d’avis.

A la question de savoir si Christoph Blocher doit aller négocier à Bruxelles, 41% sont plutôt pour contre 54% d’avis plutôt négatifs. Quant à octroyer un deuxième siège du Conseil fédéral à l’UDC, 46% approuvent alors que 44% y sont opposés. A noter que pour cette question, 10% des sondés n’ont pas émis d’opinion.

Dans l’hypothèse d’un deuxième siège UDC au gouvernement, 37,5% des personnes interrogées estiment que Johann Schneider-Ammann (PLR) devrait céder sa place, 19% pensent plutôt à Eveline Widmer-Schlumpf (PBD) et près de 12% à la conseillère fédérale socialiste Simonetta Sommaruga.

Le sondage, réalisé par l’Institut Isopublic, s’est déroulé du 12 au 14 février auprès de 1002 personnes de Suisse alémanique et de Suisse romande.

Ueli Maurer à la diplomatie

Pour le président de l’UDC, Toni Brunner, son parti est prêt à prendre ses responsabilités. «Mais on doit nous accorder un deuxième siège au gouvernement», ajoute-t-il.

Interrogé sur le futur d’Ueli Maurer, le St-Gallois indique que l’actuel ministre de la défense est à disposition. «Si l’urgence est telle au Conseil fédéral, Ueli Maurer est prêt à s’engager. Mais il faudra alors lui donner le portefeuille des affaires étrangères», précise Toni Brunner.

Il ne croit cependant pas que son parti recevra de sitôt un deuxième siège au Conseil fédéral. Les élections fédérales de 2015 seront décisives. Avant cette échéance, rien ne devrait bouger.

www.24heures.ch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s