Actualité/Immigration

Le crabe chinois trouve refuge dans le lac Léman

Abandonnés par leurs propriétaires, ou rescapés de la casserole, quelques spécimens ont élu domicile dans le lac.

crabe chinois

crabe chinois

Depuis quelques jours, un bruit court: il y aurait un crabe dans le Léman. Chinois qui plus est. Et vivant! Une histoire «folklorique», lance Dimitri Jaquet, responsable pêche au Service de la Faune et de la Pêche, mais «véridique»: «On connaît ce type d’animal. Une de nos équipes est intervenue en automne aux Pâquis. Un spécimen se promenait alors dans un immeuble.» Le crabe – Eriocheir sinensis, pattes et pinces velues, dont la taille peut atteindre 15 cm – avait fini congelé puis éliminé. Le temps de l’étudier, de lui apposer un nom et d’apprendre que l’espèce est «invasive».

De quoi menacer l’écosystème du Léman? «Pas à ce stade, non», rassure Dimitri Jaquet. A la différence de l’écrevisse américaine qui a colonisé le lac au détriment de l’espèce indigène, le crabe chinois n’est pas capable de se reproduire en eau douce. Il prolifère uniquement en milieu saumâtre (mélange d’eau douce et d’eau salée). «Pour autant, baisser sa garde serait une erreur, précise le responsable pêche. C’est un prédateur qui s’attaque entre autres aux alevins des ombles. Dangereux pour la faune locale, donc. Et puis, il pourrait finir par s’adapter.»

Reste à savoir comment l’animal s’est retrouvé dans le Léman. Pour le Service de la Faune et de la Pêche, deux hypothèses dominent. Dans la version terre à terre, le crabe a été abandonné par un aquariophile lassé ou méchamment pincé. Dans la version romanesque, il aurait échappé à la marmite d’un restaurant chinois, courant latéralement pour sauver sa carapace, plongeant dans les eaux accueillantes du lac. Une ineptie pour Xiuming Lian, patron du restaurant Le Phoenix aux Eaux-Vives: «Le crabe d’eau douce est quasi absent de la gastronomie chinoise. On en trouve parfois dans la région située au nord de Shanghai, mais aucunement à Genève. Dans mon restaurant, on cuisine uniquement le tourteau aux poireaux et gingembre. Et encore, exclusivement sur commande.»

Le mystère reste donc entier. Contacté, Steve Bel, président de l’association Geneva Street Fishing tombe des nues: «Un crabe dans le Léman, c’est une première! Les pêcheurs sont sensibles aux espèces invasives. Si j’en attrapais un, je l’amènerais vivant au Muséum d’histoire naturelle.» «Le remettre à l’eau serait une erreur, confirme Dimitri Jaquet. En revanche, le manger…» Avec poireaux et gingembre?

www.tdg.ch/geneve/

Advertisements

Une réflexion sur “Le crabe chinois trouve refuge dans le lac Léman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s