Criminalité/International/Justice/Violence

L’agresseur ultraviolent d’un couple de retraités jurassiens a été extradé d’Allemagne

«Pas de pardon pour ce voyou»

TÉMOIGNAGE 

retraités jurassiens suisses

L’agresseur ultraviolent d’un couple de retraités jurassiens a été extradé d’Allemagne pour être jugé. Pour Pierrette et André, le calvaire est sans fin.

Leur ferme plantée au milieu des sapins jurassiens devait témoigner d’une retraite heureuse.

Mais en deux brigandages, un caïd serbe a fait de ce coin de paradis un enfer.

Malgré l’arrestation de leur principal agresseur, Pierrette et André se réveillent la nuit en criant «Au voleur! A l’assassin!»

Dans ses crises d’angoisse, l’épouse suppute à tort une présence dans la maison des Genevez (JU). «Je suis complètement déboussolée», résume Pierrette. Quand elle perdait connaissance sous les coups, les brigands la réanimaient avec une seille d’eau.

La semaine dernière, le couple a appris l’extradition du principal suspect, un brigand âgé de… 73 ans! «Il avait de la poigne pour m’étrangler. Mon cou me fait encore mal quand je le touche et, surtout, je ne peux plus chanter», raconte madame.

Selon Le Quotidien Jurassien, le malfrat arrêté en Allemagne a été confondu par son ADN, dont une trace a été relevée sur les menottes qui ont immobilisé Pierrette.

«Ils ont arrêté ce gros voyou, mais il sera remplacé»,

craint madame. Et, surtout, ses complices n’ont pas été identifiés: loin de collaborer, le suspect nie tout.

Une alarme déjoue désormais les cambriolages, mais plus que des montres et des bijoux, les brigands ont dérobé un bien plus précieux: la sérénité. Les séances avec le psy doivent panser le psychisme blessé. Pierrette dit en avoir marre, mais elle sait aussi que sans thérapie sa vie serait un enfer pire encore. Elle a pensé s’acheter un revolver, mais la police l’en a dissuadée.

Le regard de son agresseur, Pierrette ne l’a pas distingué derrière les fentes de sa cagoule. Ce qu’elle attend du procès, c’est de pouvoir le regarder dans les yeux. Et lui dire quoi? «Je suis heureuse de faire votre connaissance, mais vous ne ferez jamais partie de mes amis.»

Dans la Bible

Si Pierrette ne déverse par sur son agresseur un torrent de haine, c’est qu’elle trouve du réconfort dans la Bible. Du réconfort, mais «pas de pardon pour ce voyou», la plaie est encore ouverte.

Depuis l’arrestation du brigand serbe, les seuls rôdeurs autour de la maison sont les chats «Gribouille» ou «Choupette». Quand elle entend un bruit suspect, Pierrette ne sort plus comme autrefois pour se retrouver nez à nez avec un renard ou un blaireau. «Je suis devenue une froussarde, moi qui n’avais peur de rien.» Pourquoi les malfrats ont-ils pris pour cible une ferme isolée dans un hameau, au lieu dit Les Vacheries? La réponse fait mal, puisque c’est un neveu largué qui a peut-être attiré l’attention sur ce couple, en les faisant passer pour ce qu’ils ne sont pas: de riches retraités.

www.lematin.ch/suisse/

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s