Sécurité

Le canton de Zürich va tester le GPS sur des jeunes délinquants

Surveiller avec précision les déplacements de jeunes délinquants grâce à des bracelets électroniques équipés d’un GPS, c’est possible.

bracelet GPS

En première suisse, le canton de Zurich appliquera dès l’automne ce système aux cas non dangereux, frappés d’interdiction de sortir de chez eux ou de fréquenter certaines zones.

L’efficacité et la fiabilité technique des bracelets seront testées durant les neuf premiers mois. Le projet-pilote doit durer cinq ans et apporter des enseignements dont pourrait aussi profiter le reste du pays, indique vendredi le département zurichois de la justice. Des cantons de Suisse orientale devraient en principe participer au projet ces prochaines années.

Système d’alarme

Ce projet innovant coûte 7,4 millions de francs. Le gouvernement zurichois a d’ores et déjà approuvé cette dépense. Les jeunes susceptibles de participer au projet-pilote – des délinquants placés dans le centre d’application des mesures d’Uitikon (ZH) – doivent se soumettre à une évaluation des risques.

Les bracelets GPS permettent notamment de vérifier si les délinquants se tiennent à l’écart de leurs victimes. Dès qu’ils s’en approchent, la centrale est alertée. Elle leur transmet l’ordre de s’éloigner ou envoie d’urgence une patrouille.

Bien moins cher que la prison

Les enseignements tirés de l’expérience permettront notamment d’évaluer si le bracelet GPS peut être utilisé pour des détenus placés en préventive ou dans d’autres cas encore. En cas d’introduction du bracelet GPS pour les délinquants condamnés à des peines courtes de moins de 12 mois ainsi qu’en lieu et place de la détention préventive, le canton pourrait faire d’importantes économies.

Un délinquant équipé d’un bracelet GPS ne coûte que 100 francs par jour, alors qu’une journée en prison revient au triple, voire même à 700 francs pour un jeune dans un centre fermé.

Projet de centrale GPS «romande»

Plusieurs cantons ont, jusque-là, eu recours à des bracelets électroniques pour surveiller les déplacements de délinquants. Ces bracelets sont équipés d’un émetteur. L’utilisation systématique du GPS n’a toutefois jamais été testée en Suisse.

Le canton de Zurich n’avait jusqu’alors pas l’autorisation de la Confédération pour utiliser le bracelet électronique classique. Seuls les cantons de Vaud, Genève, Berne, les deux Bâles et le Tessin en disposent depuis 1999. La révision du code pénal permet désormais leur utilisation généralisée dans toute la Suisse.

Les cantons romands et le Tessin entendent eux aussi tester le bracelet GPS. Ils ont lancé un appel d’offres pour 250 pièces en janvier dernier. Le canton de Vaud dirige en outre un projet de centrale de surveillance GPS pour les sept cantons latins. D’autres pays comme l’Allemagne ont d’ores et déjà introduit l’utilisation du bracelet GPS de manière généralisée.

www.20min.ch/ro/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s