Société

Football et klaxons: « la Suisse est connue pour son importante communauté étrangère, au sang plutôt chaud »

Mondial oblige, la cacophonie va s’inviter dans les rues vaudoises un mois durant. A vos boules Quiès!

foot lausanne supporters

Les manifestations de liesse autour de la Coupe de Monde de football sont réputées pour être cacophoniques. Tous les quatre ans, personne n’échappe aux traditionnels coups de klaxon, concerts assourdissants de vuvuzelas et autres trompettes. Dès mercredi prochain et jusqu’au 13 juillet, il faudra faire avec.

Mais d’où vient cette propension à faire du bruit? «Le sport en général est une allégorie de la guerre, répond Gianni Haver, professeur de sociologie à l’Université de Lausanne. Faire du bruit est une façon de dire: «J’ai survécu, les autres ont perdu.»

Si, en sport, le geste se veut symbolique, il semble s’être automatisé. A fortiori dans le football, sport collectif et populaire par excellence. «Lors d’une Coupe du monde, les gens s’identifient à l’équipe de leur pays, indique le sociologue, on trouve le moyen de valoriser ses origines.»

Et la Suisse étant connue pour son importante communauté étrangère, au sang plutôt chaud, ça devrait donc klaxonner sec cet été.

Quid des matchs finissant après minuit?
Décalage horaire oblige avec le Brésil, une bonne partie des matches du Mondial aura lieu dès 22 heures chez nous. Les traditionnels coups de klaxon post-matches devraient alors se transformer en un véritable enfer pour les dormeurs. Ou une aubaine pour les revendeurs de boules Quiès.

C’est pourquoi les polices cantonales et communales vaudoises ont pris des dispositions pour limiter les nuisances. Si les agents devraient se montrer plutôt indulgents avec les supporters, ils ne toléreront les klaxons, diabolicas ou cris de liesse que durant une période de soixante minutes après le coup de sifflet final.

40 francs d’amende pour les trop bruyants
Mais que se passe-t-il après? «On compte sur le bon sens de nos policiers pour prendre, ou non, les mesures adéquates», indique Jean-Philippe Pittet, responsable de la communication à la police municipale lausannoise. S’il promet de privilégier la discussion et la proportionnalité, il assure que les plus récalcitrants seront sanctionnés.

Pour les coups de klaxon ou autres tapages nocturnes après la limite de temps imposée, les supporters devront s’acquitter d’une amende de 40 francs. Dans les cas les plus graves, les aficionados pourront risquer une dénonciation aux autorités compétentes. «Cela sera le cas lors du cumul d’infractions ou de mise en danger», précise le porte-parole. Par exemple en cas de conduite intempestive, d’accélérations inappropriées, de démarrage sur les chapeaux de roue.

www.24heures.ch

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s