Actualité/Insécurité/Violence

Le vieil homme sort un pistolet après s’être fait agresser par des Roms à Genève

Un vieux monsieur brandit une arme pour se dégager. Émoi sur une terrasse de bistrot.

Terrasse Plainpalais Genève

Midi trente à Plainpalais, ce mercredi 16 juillet, le temps est beau, l’air est doux. Sur la terrasse du café du Rond-Point, des dîneurs attablés devisent de l’été qui revient. Soudain, sur le terre-plein d’en face, couvert d’une vitre translucide, une bagarre attire l’attention des clients. Un vieux monsieur semble pris à partie par une équipe de personnes. Des cris, des coups, la routine? Une serveuse témoigne que les bagarres sont fréquentes. Elles impliquent souvent des Roms dont c’est un des points de ralliement.

Cette fois, l’altercation prend une drôle de proportion. Le vieux monsieur met en joue ses agresseurs. Le temps s’arrête. «Les badauds s’effraient, les consommateurs se lèvent prestement pour s’engouffrer à l’intérieur du bistrot», note Djemâa Chraïti qui raconte brièvement le fait divers sur son blog Regards croisés. «Je secoue la tête en me disant qu’il serait bête de mourir là, sur cette terrasse, par un beau mois de juillet, un coup fatal qui partirait, comme ça pour rien, dans le vide. Faire le tour du monde, avoir gravi des montagnes et sillonner des mers pour finir par mourir touchée de plein fouet par une balle perdue, alors assise à une terrasse de café genevoise.»

Brandissant toujours son pistolet, le vieux monsieur est parvenu à se dégager, il traverse les voies de tram et se rapproche du bistrot. Une voiture de police alertée par un témoin arrive. Le vieux monsieur n’offre aucune résistance. Il est un peu perdu. Il dit avoir rencontré des filles, des Roms qui l’auraient entourloupé. Il voulait des explications. Il a reçu des coups.

«Et le pistolet», demandent les gendarmes. Le vieux monsieur, le cuir chevelu sanguinolent, tire de son sac une vieille pétoire dont le barillet est soudé. Aucun danger. N’empêche, il sera amendé pour port d’arme prohibé, indique un porte-parole de la police. Les gendarmes l’ont conduit à l’hôpital. Les Roms s’étaient envolés. Les dîneurs se sont rassis.

www.tdg.ch/geneve/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s