Actualité/Immigration/Opinion

« Petit nègre »: Le ministre bernois de la police dérape

Hans-Jürg Käser a déclaré jeudi lors de la présentation à la population d’un centre pour requérants d’asile que chaque «Negerbubli» (petit nègre) sait que la Suisse est un pays de cocagne.

Revue négre music hall champs-élysées paris affiche

La formulation du ministre bernois de la police a été vivement critiquée par la présidente de la commission fédérale contre le racisme et sur les réseaux sociaux.

Contactée ce vendredi 12 septembre, l’ancienne conseillère nationale genevoise Martine Brunschwig Graf a toutefois déclaré ne pas considérer le directeur bernois de la police et des affaires militaires comme un raciste. L’expression «Negerbubli» n’est en outre pas punissable pénalement, même si empreinte de colonialisme.

En tant qu’actuel président de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police (CCDJP), Hans-Jürg Käser aurait toutefois dû éviter d’utiliser une telle expression, déplore Martine Brunschwig Graf. «Il aurait simplement pu dire que les Africains considèrent la Suisse comme un pays de cocagne». Et cette dernière d’estimer qu’il devrait présenter des excuses.

La «Somali Diaspora Switzerland» a de son côté regretté que les requérants d’asile africains fassent toujours et encore l’objet de propos blessants. Les politiciens devraient montrer l’exemple, écrit l’organisation dans un communiqué diffusé vendredi soir. Personne ne fuit son pays de gaieté de coeur, ajoute-t-elle.

«Expression peut-être maladroite»

Hans-Jürg Käser a lui-même confirmé vendredi avoir prononcé ces mots, relevés par un journaliste du quotidien bernois Bund. Il dit les avoir utilisés pour démontrer aux visiteurs du centre de Berthoud (BE) à quel point la pression migratoire est forte et indique avoir choisi un langage compréhensible par tous.

«Que l’Europe soit un paradis et la Suisse un pays de cocagne est un fait, connu de chaque – entre guillemets- ‘petit nègre’», a encore souligné Hans-Jürg Käser. Ce dernier se défend d’être raciste, mais concède avoir utilisé une formulation «peut-être maladroite» et présente ses excuses.

Egalement en interview

Hans-Jürg Käser a récidivé lors d’une interview accordée à Radio 32, qui a rendu public vendredi l’entretien sur internet. On peut l’entendre utiliser littéralement la formulation incriminée.

Jeudi, les autorités bernoises ont dans un premier temps informé les médias sur l’ouverture d’un nouveau centre à Berthoud et sur la situation actuelle en matière d’asile dans le canton. Elles ont ensuite accueilli la population dans l’installation de la protection civile.

www.24heures.ch/suisse/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s