Société/Violence

Réclusion à vie demandée contre le Congolais qui a poignardé à mort son bébé

par Abdoulaye Penda Ndiaye/ats – Un Congolais de 29 ans comparaît depuis jeudi au Tribunal criminel pour assassinat. Le procureur a requis 18 ans de prison. La partie plaignante a plaidé la prison à vie.

balcon

Le procureur Bertrand Bühler a requis jeudi 18 ans de prison ferme à l’encontre du père qui a poignardé son bébé en juin 2013 à Renens (VD). «Aujourd’hui, c’est une belle journée pour partir avec mon fils.» Ce sont avec ces mots d’une violence inouïe que l’accusé avait signifié son funeste projet à son ex-compagne. En cette matinée du 22 juin 2013, le Congolais séparé de la mère de son bébé de onze mois avait menacé d’abréger sa vie, ainsi que celle de son fils.

Mais pour Me François Berger, l’avocat neuchâtelois de la mère du bébé tué, «une application saine de la loi passe par la réclusion à vie». Selon lui, le père infanticide a commis un «crime contre l’humanité». L’audience a été suspendue peu avant 13h et va reprendre à 14h avec la plaidoirie de la défense.

La mère: «Je n’ai plus jamais touché mon fils»

Armé d’un couteau, il avait quitté son appartement de Renens (VD) pour se rendre en train à Neuchâtel, où l’avaient ensuite rejoint son ex-compagne et leur bébé.

«J’ai posé notre bébé pour qu’il marche et que son père voit ses premiers pas. Il l’a pris et depuis je n’ai plus jamais touché mon fils», a sangloté la maman éplorée au tribunal.

Voyage à trois en voiture

L’homme voulait se remettre en couple avec son ex-compagne qui ne voulait plus de lui. Il avait pris l’enfant avec lui et s’était introduit dans la voiture de la mère de son fils et lui avait intimé l’ordre de le conduire à Renens. Une fois arrivé à destination, cet homme sans activité et aux envies suicidaires s’était enfermé dans son appartement avec le bébé, vers 15 heures. Paniquée, la maman avait appelé la police. Une phase de négociations avait été menée jusqu’à 19h30. Sans résultat.

C’est à ce moment que les forces spéciales de la police vaudoise avaient décidé d’entrer en action. Dès que la porte d’entrée avait été défoncée, le Congolais avait asséné trois coups de couteau à son fils. Le bébé avait été touché mortellement au thorax et à l’abdomen. Le père avait retourné ensuite l’arme contre lui. Atteint au cou, il avait été acheminé au CHUV, où il avait été sauvé.

www.20min.ch/ro/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s