Immigration/Opinion/Politique

Ecopop part au combat pour son initiative

Les partisans de l’initiative «Halte à la surpopulation» ont lancé leur campagne en vue des votations du 30 novembre. Le texte veut limiter à 17’000 le nombre d’étrangers pouvant s’établir en Suisse chaque année.

Ecopop Logo bio lifestyle

Une Suisse de 9 millions et non de 12 millions d’habitants. L’association Ecologie et population (Ecopop) va partir en campagne avec ce slogan, et 300’000 francs de budget, en vue de la votation du 30 novembre. Pour ses représentants, l’initiative soumise aux citoyens vise à garantir une croissance durable.

L’initiative populaire «Halte à la surpopulation – Oui à la préservation durable des ressources naturelles» veut limiter la croissance annuelle de la population due à l’immigration à 0,2% sur une moyenne de trois ans.

Seules quelque 17’000 personnes, réfugiés compris, pourraient s’établir de manière permanente en Suisse chaque année. Ecopop exige en outre que 10% des fonds de l’aide au développement, soit environ 200 millions de francs par an, aillent au contrôle des naissances dans les pays pauvres.

Pas de croissance sans fin

La Suisse vit au-dessus de ses moyens, a fait valoir mardi devant la presse l’ancien directeur de l’Office fédéral de l’environnement Philippe Roch. Comme elle consomme déjà 4 à 5 fois ce qu’elle peut produire, il faut à tout prix inverser la tendance.

Les partis se concentrent sur la réduction de la consommation et sur l’amélioration de l’efficacité énergétique pour affronter le problème. Mais ils oublient un des facteurs les plus importants de l’empreinte écologique: la hausse de la population sur un territoire donné, a accusé l’écologiste Andrea Thommen.

Suisses à l’étroit

Les conséquences d’une augmentation sans frein se font déjà sentir, a renchéri l’ancien conseiller national évangélique Ruedi Aeschbacher. «On se sent davantage à l’étroit». Les transports publics sont pleins à ras bord et les bouchons se multiplient sur les routes.

Pis, les constructions poussent comme des champignons. Chaque seconde, le terrain bâti gagne un mètre carré. A coups de 100’000 habitants de plus chaque année, dans dix ans, ce seront l’équivalent de dix villes de la taille de Winterthour qui viendront s’ajouter sur le Plateau, prédit le Zurichois.

De plus, une hausse incontrôlée de la population ne permettra pas une sortie du nucléaire et son remplacement par des énergies renouvelables, a fait valoir la Vert’libérale Erika Häusermann. Car il ne sera pas possible de construire assez de barrages ni d’aménager des milliers d’éoliennes dans les Alpes.

La voix du peuple

Ecopop entend avec son initiative faire pression sur les autorités fédérales. Car même après l’acceptation de toute une série d’initiatives, la dernière en date étant celle de l’UDC contre l’immigration de masse le 9 février, le Parlement reste sourd aux appels du peuple d’atteindre un équilibre entre croissance et préservation de l’environnement, selon Philippe Roch.

Une antienne reprise à l’envi par le conseiller aux Etats sans parti schaffhousois Thomas Minder, pour qui la Berne fédérale ne sait faire qu’une chose, c’est ne rien faire. Quant aux milieux économiques, ce ne sont que des profiteurs.

Après le 9 février, un nouveau coup de gueule est nécessaire. Car la classe politique refuse d’appliquer l’initiative contre l’immigration de masse, selon l’UDC Hans Geiger lui aussi soutien d’Ecopop.

Bilatérales condamnées

Les effets d’un «oui» le 30 novembre sur les relations déjà difficiles avec l’Union européenne sont quant à elles balayées de la main. «Les bilatérales vont de toute façon disparaître», ne serait-ce que parce que l’UE n’y croit plus, a expliqué le président du comité d’initiative Benno Büeler.

L’initiative ne vise pas que la Suisse; elle a aussi une vision plus globale. Selon l’ancienne présidente de l’Union suisse pour décriminaliser l’avortement et députée socialiste Anne-Marie Rey, le droit des femmes à accéder au planning familial jouera un rôle déterminant dans l’évolution de la population mondiale, qui pourrait dépasser 28 milliards en 2100 si rien n’est fait.

Si la Suisse augmente son coup de pouce financier, il sera possible de venir en aide à 10 millions de femmes. Quatre millions de grossesses involontaires et de nombreux avortements pourront être épargnés. Quelque 222 millions de femmes n’ont encore pas accès au planning familial. Dans plusieurs pays asiatiques et dans de larges parties de l’Afrique, elles ont encore 3 à 7 enfants en moyenne.

www.24heures.ch

www.ecopop.ch    –    association écologie et population

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s