Europe/Immigration/International

L’Italie ne récupère pas tous les réfugiés déboutés en Suisse

ASILE

Conformément à l’accord de Dublin, Berne a prononcé le renvoi de 7784 requérants d’asile déboutés. En fait, seules 252 personnes ont pu être transférées en Italie.

Un collectif de demandeurs d'asile erythreens manifestent lors d'un piquet de protestation "stop bunker" ce mardi 23 septembre 2014 devant le palais de Rumine a Lausanne.

Un collectif de demandeurs d’asile erythreens manifestent lors d’un piquet de protestation « stop bunker » ce mardi 23 septembre 2014 devant le palais de Rumine a Lausanne.

Le bond des demandes d’asiles en Suisse est désormais connu. La Confédération ne reste pas les bras croisés et expulse également un grand nombre de requérants.

Elle a ainsi prononcé le renvoi de 7784 personnes entre janvier et septembre 2014,comme l’explique le Blick dans son édition du 10 novembre.

Seuls 252 retours

Rien que de juin à septembre, la mesure a été décidée pour 5014 personnes, qui auraient dû, dans leur grande majorité, retourner en Italie, conformément à l’accord de Dublin qui permet de renvoyer les demandeurs d’asile dans le pays dans lequel ils ont déposé une demande d’asile pour la première fois. Seulement voilà: seuls 252 d’entre eux sont repartis.

Cette situation ne devrait donc pas s’améliorer après le récent jugement de la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH) à Strasbourg qui a empêché la Suisse d’expulser en Italie sans conditions d’une famille de requérants d’asile afghans. La Cour voulait que Berne obtienne des garanties concernant le sort des six enfants du couple.

Fin des renvois en Italie?

La réticence italienne et la décision de Strasbourg pourraient pousser d’autres requérants à tenter leur chance devant la CEDH. Quatre procédures contre la Suisse sont actuellement pendantes et les associations de défense des réfugiés envisagent également d’y recourir à l’avenir.

Comme l’explique Beat Meiner, secrétaire général de l’Organisation Suisse d’Aide aux Réfugiés (OSAR), il y a trop peu de places d’accueil en Italie et certaines dans le sud du pays posent problème. «L’Italie n’est actuellement pas en mesure de fournir la preuve qu’elle peut accueillir dignement tous les requérants déboutés», souligne-t-il.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s