Canton/Opinion/Politique

Bien malin qui pourrait donner le résultat exact de l’initiative Ecopop

L’initiative fédérale est rejetée par tous les partis dans le canton (de Genève NDLR), seule l’UDC laissant la liberté de vote. Ce qui n’empêchera pas de nombreux citoyens de l’approuver dans le secret de l’isoloir.

Ecopop Logo bio lifestyle

Personne ne croit possible de revivre l’épisode de l’initiative fédérale «Contre la construction des minarets», acceptée en novembre 2009 alors que tous les sondages prédisaient son échec. Mais tout de même. Bien malin qui pourrait donner le résultat exact qu’obtiendra le 30 novembre l’initiative «Halte à la surpopulation – Oui à la préservation durable des ressources naturelles», tant les signaux sont brouillés. Prenez Genève. Dans le canton, aucun parti ne soutient le texte. Pas même ceux qui étaient susceptibles de lui trouver quelques attraits. Empruntée, l’UDC a opté pour la liberté de vote. La décision du MCG a été plus franche: son assemblée des délégués l’a rejetée massivement. Quant aux Verts, c’est un «non» sans équivoque. Et les électeurs de ces formations, que feront-ils? A l’UDC et au MCG, certains ne cachent pas qu’une bonne partie de la base devrait accepter l’initiative d’Ecopop.

L’UDC dans ses petits souliers

C’est le cas d’Eric Bertinat, conseiller municipal UDC en Ville de Genève et ancien secrétaire général du parti: «Je pense que l’initiative fera un score honorable à Genève car elle devrait séduire dans plusieurs partis, dont le mien, explique-t-il. Si elle fait aussi bien que l’initiative «Contre l’immigration de masse» du 9 février, ce serait tout de même énorme» ( ndlr: 39,1% de oui ).

L’élu avoue de la sympathie pour l’association Ecopop – «car elle lie les ressources naturelles à la densité de la population» – mais il n’apprécie guère sa volonté de planifier les naissances, y compris en Suisse. Ce qui est certain pour lui, c’est que l’UDC genevoise aurait dû prendre une position claire, «car on donne l’impression soit de ne pas savoir quoi en penser, soit d’être divisés». Eric Bertinat aurait souhaité un mot d’ordre favorable. «Au niveau suisse, l’UDC combat une initiative qui veut limiter l’immigration, poursuit-il. Cela n’est pas défendable.» Il pense donc qu’une bonne partie de la base de l’UDC soutiendra le texte le 30 novembre.

Roger Golay, conseiller national et président du MCG, admet lui aussi que des membres de sa formation diront oui malgré le mot d’ordre contraire. «Je pense que ce sera une bonne moitié, la frange la plus dure», précise-t-il.

www.tdg.ch/geneve/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s