Uncategorized

Le braqueur kosovar voulait payer les soins de son frère

Un quinquénaire kosovar avait été maîtrisé par le gérant d’une Coop, la semaine dernière, alors qu’il tentait de faire main basse sur la caisse. Son avocat explique qu’il a agi par désespoir.

C’est un porte-parapluie envoyé en pleine figure du braqueur qui avait mis fin à l’attaque d’une Coop genevoise, jeudi dernier, en milieu d’après-midi. Le gérant des lieux avait fait preuve de témérité pour maîtriser l’homme armé qui venait de se faire remettre 2000fr. par une caissière du magasin. «Il a agi sous le coup du désespoir», lance Me Bernard Nuzzo dans les colonnes de la «Tribune de Genève», pour expliquer le geste de son client.

Ce dernier, un Kosovar d’une cinquantaine d’années, serait arrivé en Suisse il y a une dizaine de jours. Son frère, malade, a besoin de soins. Et le quinquagénaire se dit prêt à tout pour subvenir à ses besoins. Au pays, il aurait proposé de vendre son rein à un élu contre 50’000fr., mais la transaction aurait échoué. Il aurait de nouveau proposé son organe aux HUG une fois arrivé à Genève, mais l’institution lui a alors expliqué l’illégalité de la démarche.

C’est donc en dernier lieu que l’homme aurait choisi de braquer le magasin de l’avenue d’Aïre, la semaine dernière. «Il a admis les faits reprochés, les regrette, plaide Bernard Nuzzo. Il a d’ailleurs pleuré pendant l’audition.» Il est désormais prévenu de brigandage. Le Tribunal des mesures de contrainte a prolongé sa détention provisoire de trois mois.

www.20min.ch/ro/news/geneve/

Relire:

Coop: «Pour moi et pour toi mais pas les Albanais»

par Joël Espi – Un panneau a été affiché quelques heures dans une Coop City de Lausanne. Une lectrice Kosovare se dit scandalisée.

«Comment la Coop peut-elle considérer la population albanophone plus à même de maltraiter sa marchandise?!» Jeta Zeqiri a très peu goûté, mardi après-midi, un panneau rédigé spécialement pour les albanophones, dans une succursale de Lausanne. Outre une explication en français, on pouvait en effet y lire une traduction en albanais sur l’utilisation abusive du maquillage en soldes. Le texte comporte même des fautes de langue, elle a été retirée juste après la plainte de notre lectrice…

Durant sa pause de midi, la jeune étudiante en communication, qui était allée s’acheter son repas à la Coop avant son dernier examen, a été choquée par ce message. Cette Kosovare d’origine est très impliquée dans la communauté et participe notamment aux cours de l’Université Populaire Albanaise de Genève. Elle est aussi membre de l’Association des Etudiants Albanais. Après son examen de relations publiques, elle est tout de suite allée aviser le magasin de son erreur du point de vue de la communication. «J’essaie de transmettre ce que l’on m’a appris», a expliqué la jeune femme. Et Jeta de reprendre, non sans humour, le slogan de Coop, «Pour moi et pour toi», à sa manière. «Pour moi et pour toi, mais pas pour les Albanais!».

Du côté de la Coop on affirme que le but n’était pas «d’offenser ou d’incriminer quelqu’un». Le problème vient en fait des soldes. «Nous proposons de tester les produits de l’assortiment standard, pas ceux des soldes», a expliqué la porte-parole de la Coop, Sabine Vulic. Le panneau en français était tout d’abord destiné à avertir la clientèle habituelle. Des collaborateurs albanophones auraient alors eux-mêmes pris l’initiative de traduire le panneau, car certains clients ne le comprenaient pas.

www.20min.ch/ro/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s