Immigration/Religion/Société

Les musulmans suisses veulent être reconnus

Les musulmans de Suisse militent toujours pour que l’islam soit reconnu officiellement au niveau suisse. Certains estiment toutefois que ce débat est prématuré à l’heure actuelle.

Musulmans place fédérale

Les musulmans suisses se retrouvent sous pression après les attentats de Paris mais Farhad Afshar, président de la Coordination des organisations islamiques de Suisse (KIOS), exige toujours que l’islam soit reconnu comme une religion officielle.

Une reconnaissance publique mettrait la communauté musulmane sur le même pied d’égalité que les autres confessions. Elle permettrait également de lever des impôts qui seraient utilisés pour les fonctions publiques de la communauté, a confirmé le président à 20 Minuten.

Pour contrer la radicalisation

«Il serait ainsi possible de prodiguer un enseignement religieux dans les écoles, les hôpitaux et les prisons», a expliqué Farhad Afshar. Ce serait également l’occasion de former des imams en Suisse car la plupart d’entre eux viennent de l’étranger et ne connaissent ni les langues, les lois ou la culture en Suisse.

Farhad Afshar y voit ainsi un remède contre la radicalisation des jeunes. Et son projet est soutenu par le conseiller national Ueli Leuenberger (Verts/GE), qui estime qu’une telle reconnaissance renforcerait le dialogue et améliorerait l’intégration en Suisse.

Une communauté très fragmentée

Mais pour Lukas Reimann (UDC/SG), cette demande est complètement déplacée. «Je ne vois aucune raison pour reconnaître en Suisse une religion étrangère qui n’a pas de racines historiques dans notre pays.» Mais il applaudit la volonté des associations islamiques de devenir plus transparentes et démocratiques.

Une étude de l’université de Lucerne parue en mars estime également qu’une reconnaissance de l’islam contribuerait à la paix religieuse et renforcerait l’Etat mais la fragmentation des communautés rend le projet difficile.

Trop tôt

Le KIOS y travaille et dès que son projet de créer une communauté religieuse comparable aux associations existantes, une demande test de reconnaissance sera entreprise dans un canton.

Mais certaines voix jugent le projet prématuré, à l’image de Hisham Maizar, président de la Fédération des organisations islamiques de Suisse (FOIS). «Les esprits sont tellement échauffés pour le moment que le temps n’est pas venu pour un tel débat.»

www.24heures.ch/suisse/

Publicités

2 réflexions sur “Les musulmans suisses veulent être reconnus

  1. Attention !
    Ami suisses, quoique vous fassiez, un musulman restera un musulman :
    « Reconnaître » un scorpion ne garantit pas qu’il ne vous piquera pas…

  2. @ Louvois votre remarque est également valable pour les juifs qui sont le même genre de pertubateur que les musulmans.
    Dans notre pays ce sont des représentants de minorités ethniques et/ou religieuse qui tentent de modifier notre conception de la politique qu’ils soient européens du sud, de l’est, de pays arabes ou africain. N’oublions jamais qu’à priori ces éléments sont farouchement anti suisse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s