Economie/Opinion/Religion

Des sites internet vaudois attaqués par des cyberdjihadistes

«Je suis Mohamed.» C’est le message que l’on pouvait lire lundi après-midi en tapant www.lausanne-a-pied.ch. Le site des guides d’accueil du Mouvement des aînés (MDA) a été victime de pirates informatiques. A la place d’informations sur les visites de la cathédrale de Lausanne, du bord du lac ou de l’Hôtel de Ville, un fond noir et trois courts paragraphes en anglais: des propos contre le «lobby juif et judéo-chrétien des Illuminati», contre Charlie Hebdo, ainsi qu’une référence aux victimes palestiniennes à Gaza. La page d’accueil originale était rétablie le soir même, mais la cyberattaque a choqué au MDA.

site internet page défacée cyberdjihadistes

Une capture d’écran du site http://www.lausanne-a-pied.ch lundi après-midi.

A l’origine du piratage? Moroccan Agent Secret (MAS). Sur sa page Facebook, ce groupe de hackers s’enorgueillit d’avoir détourné la page d’accueil de dizaines d’adresses Web américaines, françaises mais aussi belges, liechtensteinoises et suisses. Il les énumère toutes, notamment celle du FC Echichens. «Nous avons suspendu notre site mardi dès que nous avons vu le piratage», raconte Manuel Choffat, président du club de foot de deuxième ligue. Qui s’interroge: «Pourquoi Echichens? C’est tout de même étonnant!»

La question se pose pour les autres sites touchés. Pourquoi cdugateau.ch? Pourquoi la société de construction basée à Ecublens Dumnica? Les hackers ne cherchent pas de cible particulière, explique Frédéric Bardeau, coauteur d’un livre sur Anonymous. «Ils disposent de programmes qui détectent les failles de systèmes informatiques dans un pays donné.» Un scan général permet donc de faire tomber les sites les moins protégés. Et pourquoi viser la Suisse? «Je ne sais pas, dit le spécialiste. Mais ce genre de groupe ne fait pas trop de différence entre la Suisse, la France ou la Belgique.»

Depuis les attentats qui ont frappé Paris et la rédaction deCharlie Hebdo , quelque 20 000 sites français ont été piratés par des cyberdjihadistes. Deux entreprises suisses ont aussi fait état d’attaques la semaine dernière. Faut-il s’attendre à une recrudescence de tels actes en Suisse? Responsable adjoint de la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information Melani, Max Klaus se veut rassurant. «Il n’y aura jamais autant d’attaques qu’en France.» Et de relativiser la gravité des piratages: «Ce type de hackers cherchent seulement à propager un message, et non à voler des données.»

www.tdg.ch/suisse/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s