Etranger/Religion/Sécurité

Un jeune Français candidat au jihad a été arrêté à l’aéroport de Genève

Le Français a été intercepté le 14 mai. Il va être extradé. Sa mère, désemparée, a raconté la radicalisation de son fils à la «Tribune de Genève».

Un jeune Français candidat au jihad a été arrêté le 14 mai à l’aéroport de Cointrin, rapporte la «Tribune de Genève». Le garçon, domicilié dans le nord de l’Hexagone, n’en était pas à son coup d’essai. Fin mars, alors qu’il était encore mineur, il avait déjà tenté de rallier la Syrie via l’Allemagne. Il s’était fait arrêter à Munich et, vu son jeune âge, avait été remis à sa famille. Il a remis le couvert le 11 mai. Mais cette fois, il a 18 ans. L’affaire a donc été confiée à la section terroriste de la Direction centrale de la police judiciaire de Paris.

A Genève, le jeune homme, accompagné d’un mineur, se fait repérer dans un lieu de rencontre alors qu’il cherche comment se rendre à l’aéroport de Cointrin. Les autorités sont alertées. Le jeune garçon parvient néanmoins à embarquer à destination d’Istanbul le 12 mai. Le 13, un mandat d’arrêt international est émis, ainsi qu’une alerte Schengen. Il est intercepté à son arrivée en Turquie, puis remis dans un vol pour Genève. Il attend dorénavant dans une cellule de Champ-Dollon son extradition vers la France, explique la «Tribune de Genève».

«Charlie Hebdo», un déclic selon sa mère

Sa mère, qui témoigne dans le quotidien genevois, évoque une radicalisation express de son enfant. Selon elle, la tuerie de «Charlie Hebdo», début janvier, a fait office de détonateur. Avant, il aimait écouter de la musique et sortir avec des copines. Après, il fréquentait assidûment la mosquée et faisait la leçon à sa famille non pratiquante. C’est en scrutant Facebook que ses proches ont découvert ses desseins.

Enseignante, la maman fait part de son désarroi. Si elle se réjouit qu’il ait été rattrapé à temps, elle aimerait comprendre ce qui l’a si brutalement et drastiquement changé. Surtout, lâche-t-elle, elle ne sait pas quoi faire. «On ne sait pas vers qui se tourner pour nous aider.»

Quatre autres cas de passage à Genève

Jean-Paul Rouiller, directeur du Centre genevois d’analyse du terrorisme, interrogé par la «Tribune de Genève», a connaissance de quatre autres cas de Français ayant choisi Cointrin comme escale avant la Turquie, puis les zones de combat.


www.20min.ch/ro/

www.tdg.ch/geneve/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s