Criminalité/Europe/Justice

«Nous sommes venus en Suisse pour cambrioler»

Une bande de Roumains est accusée d’avoir volé plus de 160 000 francs en cash et presque autant en nature en onze mois. Trois sont jugés depuis hier à Vevey.

cambrioleur

«Oui, nous sommes venus en Suisse pour commettre des cambriolages.» Les trois Roumains qui comparaissent devant le Tribunal correctionnel à Vevey sous la garde de six policiers ne font pas mystère de leur activité. Seuls, ou avec un ou deux comparses, ils répondent de plus de quarante casses, commis entre juillet 2013 et juin 2014, dans l’Est vaudois et le Bas-Valais.

Le butin additionné s’élève à plus de 160 000 francs en cash, et presque autant en nature. Cela leur permettait de subsister et de subvenir aux besoins de leurs proches en Roumanie.

La bande, basée en Haute-Savoie, se déplaçait en voiture et avait pour seule décence de s’en prendre quasi exclusivement à des commerces et à des entreprises dont elle forçait l’accès, de nuit, sans violenter personne. Un choix qui constitue presque une circonstance atténuante sachant combien les cambrioleurs qui visent les appartements traumatisent durablement leurs victimes.

Les cas retenus dans l’acte d’accusation témoignent de véritables razzias: jusqu’à trois cambriolages au cours d’une même nuit, notamment aux Mosses, ou dix durant la première quinzaine de juin 2014. Avec des cibles à répétition, comme le bureau de la station de téléphérique de Glacier 3000, visité en novembre 2013, puis en mars et en avril 2014.

Au-delà de l’argent liquide – parfois plusieurs dizaines de milliers de francs d’un coup – figurent notamment des centaines de cartouches de cigarettes et plein de tickets à gratter piqués dans des kiosques, inutilisables depuis que la Loterie Romande peut les bloquer par leur numéro de série.

Il faut à la Cour et au procureur beaucoup de patience et quelques éclats de voix pour éviter de se laisser enfumer par le trio et tenter de déterminer le rôle de chacun. Loin d’être tombés de la dernière pluie – certains ont été interpellés, voire condamnés dans d’autres affaires de cambriolage, puis libérés –, les prévenus ne cessent de chipoter.

Ils admettent être des voleurs, mais, dès que le tribunal entre dans le vif du sujet, ils contestent des aveux figurant dans les dépositions faites durant l’enquête, invoquant des approximations de traduction. Contestation aussi lorsqu’on leur met sous le nez que leur ADN ou leurs traces de chaussures ont été retrouvés sur les lieux. «Impossible, je n’étais pas en Suisse à ce moment-là», lance en se dandinant sur sa chaise celui qui refuse d’être considéré comme le chef, quand bien même il l’a déclaré devant les enquêteurs.

Même entêtement de son copain trahi par les semelles de ses souliers: «Je les avais achetés bien après ce cambriolage, mais le carton et le ticket sont restés dans ma chambre d’hôtel.» Celui-là finira quand même par avouer.

Les mensonges et les alibis qui ne tiennent pas la route semblent parfois si énormes que les prévenus eux-mêmes en sourient et finissent par jeter l’éponge.

Ils risquent de 2 à 3 ans de prison. Verdict prochainement.

www.24heures.ch/vaud-regions/

2 réflexions sur “«Nous sommes venus en Suisse pour cambrioler»

  1. « …Avait pour seule décence de s’en prendre quasi exclusivement à des commerces et à des entreprises dont elle forçait l’accès, de nuit, sans violenter personne. Un choix qui constitue presque une circonstance atténuante sachant combien les cambrioleurs qui visent les appartements traumatisent durablement leurs victimes. »

    C’est beau, la pensée gauchiste. S’en prendre à des entreprises, ce n’est pas grave. C’est même un signe de décence.

    A cette aune, le violeur qui évite de tuer sa victime devrait bénéficier de circonstances atténuantes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s