Asile/Economie/Immigration

Des exploitations agricoles recrutent des réfugiés

PROJET PILOTE

Engager des réfugiés dans des exploitations agricoles permettrait aux premiers de mieux s’intégrer et aux paysans de bénéficier de main-d’œuvre.

Dix fermes de toute la Suisse tentent l’expérience et se lancent dans un projet pilote de trois ans.

Les réfugiés reconnus et les demandeurs d’asile admis provisoirement amélioreraient de la sorte leurs connaissances des langues helvétiques et acquerraient des compétences supplémentaires. Leur accès au marché du travail serait facilité, ont soutenu mercredi devant les médias des représentants de l’Union suisse des paysans (USP) et du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM).

Les agriculteurs y gagneraient également, en bénéficiant d’une main-d’œuvre qui habite dans leur région, et ce idéalement dans une optique de long terme. Les collectivités pourraient de leur côté réaliser des économies vu que ces réfugiés deviendraient autonomes financièrement, ont plaidé les porteurs du projet dans une exploitation maraîchère à Füllinsdorf (BL).

3200 francs par mois

Les dix domaines agricoles qui participent au test ont soit déjà engagé des réfugiés, soit vont le faire cette année encore. Le salaire brut versé le premier mois s’élève à 2300 francs. Dès le deuxième mois, les migrants touchent le revenu minimum légal, de 3200 francs dans la plupart des cantons, détaillent l’USP et le SEM.

Les fermes seront dédommagées à hauteur de 200 francs mensuels en raison des tâches administratives supplémentaires liées à l’évaluation. Elles recevront 200 francs de plus si les employés logent et sont nourris dans l’exploitation.

A Füllinsdorf, les maraîchers Margret et Andreas Eschbach recrutent des réfugiés depuis vingt ans. Ils disent leur offrir ainsi l’opportunité de financer leur quotidien par leurs propres forces. Plusieurs défis se dressent toutefois sur leur route, comme la suppression de tout soutien public dès l’engagement du réfugié, tel que l’hébergement dans un centre.

Impact du 9 février

Le projet doit mettre en évidence les conditions-cadres nécessaires pour pérenniser et généraliser cette collaboration. Il répond également aux exigences nées de l’acceptation par le peuple de l’initiative «Contre l’immigration de masse» le 9 février 2014.

Cette dernière incite les employeurs à davantage miser sur la main-d’œuvre résidant en Suisse et moins sur les travailleurs immigrés. Le secteur agricole compte justement beaucoup sur des collaborateurs étrangers, notamment des Polonais et des Portugais, souvent engagés pour une durée déterminée, soulignent l’USP et le SEM.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s