Economie/Immigration/Société

Un « Franco-africain » obtient un vrai permis d’établissement grâce à sa fausse identité

Un homme a obtenu un permis de séjour sous un nom d’emprunt. Il a ensuite perçu indûment des aides sociales.

Il prétendait s’appeler Antonio Pedro et il avait tout prévu: une adresse bidon et une fausse identité, qui lui ont permis d’obtenir un vrai permis B de la part du Service de la population. Grâce à ce document, il a pu ouvrir un compte bancaire et encaisser des aides sociales. En 2014, le Centre social régional (CRS) de la Riviera lui a versé 2534 francs.

«Nous n’avions pas de soupçons. Il est en Suisse depuis des années. Nous avons fait notre boulot et fait les contrôles. Il était inscrit sous ce nom au contrôle des habitants de Montreux et il nous a présenté un permis B, explique la directrice du CSR de la Riviera. Sachant qu’il nous a abusés, nous allons étudier le dépôt d’une plainte pour récupérer les montants perçus.»

L’arnaqueur, un ex-champion de hip-hop en réalité domicilié à Semsales (FR), a été dénoncé par son ancienne copine. Victime de ses manigances, la jeune femme affirme qu’«il ne cesse de mentir». Elle n’est même pas certaine de sa véritable identité et suppose qu’il a des papiers français. «Il nous est déjà arrivé d’être trompés et de délivrer des permis sur la base de faux documents», reconnaît le directeur du Service de la population. Mais il s’interroge sur les motivations du prétendu Antonio Pedro: «Comme Français, il obtenait sans autre un permis B. On ne voit pas son intérêt de s’inventer une autre identité.» Une chose est sûre, toutefois: il n’a pas obtenu d’aides sociales sous sa véritable identité, à Semsales.

www.20min.ch/ro/

Verser des prestations à un Franco-africain inscrit sous un faux nom et même pas domicilié dans la commune: c’est l’erreur commise par le service social de Montreux-Veytaux (SCI). Et les autorités n’y auraient vu que du feu si son ex-compagne n’avait pas elle-même déposé plainte après une série de déboires financiers.

Le bonhomme, 28 ans, a rencontré cette Vaudoise sous son nom officiel. Il parvient à lui faire signer des papiers pour un logement, un fournisseur TV-internet et un opérateur de téléphone. Il lui promet toujours de payer, mais ne le fait jamais. Sa compagne doit alors non seulement assumer les factures qui lui parviennent, mais elle perd aussi la garantie du loyer. L’idylle prend fin. Plainte pénale est déposée. C’est là que la police découvre que le séducteur était inscrit sous le nom de Pedro auprès du service intercommunal d’aides sociales de Montreux. Dans ce dossier, il disait alors venir de République démocratique du Congo et habiter Veytaux où il n’a en réalité jamais vécu. Et pour cause: il était inscrit à… Fribourg. C’est pourtant bien dans la boîte aux lettres bidon de Veytaux qu’aboutissent ses fiches de salaire, son permis de séjour annuel B et les fameux avis d’aide sociale.

Faute de contrôle, le SCI lui a versé au total 2534 fr. par erreur entre avril et juin 2014. Le filou vient d’être condamné pour escroquerie à 180 jours de privation de liberté avec sursis.

 www.20min.ch/ro/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s