Economie/Insécurité/Sécurité/Uncategorized

Les Suisses passent en mode survie

ATTENTATS

Les ventes de kits contenant le matériel nécessaire pour survivre cartonnent depuis les attaques terroristes de Paris.

prepper_reto_edb1928925

L’équivalent de plus de 21 litres de lait, 6,4 kilos de lentilles vertes, 7,2 kilos de sucre, de la purée de pommes de terre, du bouillon, de la poudre d’œuf, des barres énergétiques… Tous ces ingrédients et une dizaine d’autres entrent dans la composition du «forfait famille» de l’entreprise zurichoise de commerce online Sichersatt, spécialisée dans les rations de survie. Le paquet en question est censé nourrir une famille de quatre personnes durant un mois. Et, depuis lundi dernier, il fait partie des best-sellers de Sichersatt, qui fournit aussi bien des polices municipales, des troupes de l’armée que des particuliers.

«Nos commandes ont doublé, voire triplé, depuis une semaine en Suisse et en Europe, confirme Reto Schätti, son directeur. Ce n’est pas la première fois qu’un événement international a des conséquences sur notre entreprise. Fukushima, par exemple, a été marquant. De manière générale, ces dernières années, nous nous sommes réveillés de notre «monde idéal», à commencer par la crise financière de 2008 ou plus récemment les guerres du Moyen-Orient. Et aujourd’hui c’est la terreur dans les grandes villes européennes. Dans ce contexte, il y a de plus en plus de gens qui veulent assurer de la nourriture à leur famille. Nous vendons plus aujourd’hui qu’à nos débuts il y a six ans.» Forums de discussion, kits, manuels, de manière générale le business de la survie fonctionne de mieux en mieux. Selon SonntagsBlick, les armes de défense connaîtraient aussi une augmentation des ventes.

Une tradition bien suisse

Le succès des kits alimentaires de secours n’étonne pas le néosurvivaliste Piero San Giorgio, auteur notamment de «Survivre à l’effondrement économique». «J’observe la même augmentation des ventes de mes livres depuis une semaine, selon les chiffres d’Amazon. C’est malheureusement prévisible. En Suisse, nous avons une vieille tradition des stocks alimentaires à la maison. En France aussi, les Ministères de l’intérieur et de la défense conseillent d’avoir 24 ou 48 heures de provisions. Ce genre d’événement pousse les gens à rattraper les choses qu’ils avaient peut-être un peu mises de côté. Comme quand on attend la neige pour penser aux pneus d’hiver. Le stock alimentaire, c’est l’un des éléments de notre prévoyance. Et, par cet achat, on essaie de se rassurer. Ces kits de survie sont plutôt une bonne chose. En plus, ils ne prennent pas beaucoup de place. Mais ça n’est pas suffisant, notre stratégie de prévoyance doit être plus globale. Cela sans tomber dans la paranoïa, ne serait-ce que dans le cas d’une situation exceptionnelle. Comme peut l’être un hiver très froid par exemple.»

D’ailleurs l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays recommande également des provisions de première nécessité pour une bonne semaine, à adapter selon le foyer, en y ajoutant par exemple nourriture pour bébé ou alimentation pour les animaux domestiques.

www.lematin.ch/suisse/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s