Criminalité/Insécurité/Violence

Genève: un Africain fracasse le crâne d’une étudiante à coups de barre de fer

DRAME

La police recherche activement un suspect d’origine africaine qui l’a frappée à coups de barre de fer.

Capture d’écran 2016-04-12 à 14.02.03

Hier soir, dans le quartier des Hôpitaux universitaires de Genève, une étudiante d’origine italienne de 29 ans a été agressée par un homme qui s’en est pris à elle avec une barre de fer.

La jeune femme rentrait à son domicile lorsqu’elle a été subitement attaquée par un individu qui en voulait, semble-t-il, à son sac. La malheureuse a eu le crâne fracassé et est décédée à l’hôpital cantonal des suites de ses blessures.

La police recherche activement un suspect d’origine africaine dans les 20-30 ans, mesurant dans les 190 cm.

www.lematin.ch/faits-divers/

«La victime avait perdu beaucoup de sang»

Une étudiante de 29 ans est décédée après avoir été agressée avec une barre de fer lundi soir. La police recherche son agresseur. 

L’agression mortelle ressemble à une tentative de vol qui aurait mal tourné, annonce ce mardi lematin.ch. Lundi soir vers 23h, une étudiante d’origine italienne de 29 ans a été attaquée alors qu’elle rentrait chez elle, tout près de la maternité des HUG. Selon le site du quotidien orange, son agresseur voulait lui dérober son sac. Il lui aurait ensuite fracassé le crâne avec une barre de fer. La victime est décédée à l’hôpital des suites de ses blessures.

Des cris dans la nuit

François habite au numéro 22 de l’avenue de la Croisette, devant lequel la jeune femme a été agressée. «Elle était par terre quand je suis arrivé. Elle avait perdu beaucoup de sang», témoigne-t-il. La victime gisait sur le bord du trottoir, contre une voiture blanche. A côté d’elle se trouvait ce que le témoin pense être l’arme du crime. Il décrit l’objet comme étant semblable à un pied de chaise en métal de 65-70 cm lourd, entre 5 et 8 kilos.

D’après Iris*, qui habite aussi au 22, «la victime était inconsciente mais apparemment encore en vie puisque les secours ont tenté de la réanimer pendant une bonne demi-heure». Elle rapporte que ses voisins du dessous ont entendu des cris et ont découvert le corps.

Vincent, locataire d’un appartement donnant sur le lieu de l’agression, raconte avoir «entendu un cri de femme, long et puissant, suivi d’un bruit métallique, comme si quelque chose tombait parterre. Ensuite une autre voix a lancé un «Hé ho, vous!». «J’ai entendu plusieurs cris perçants», ajoute une autre voisine.

Procédure ouverte pour assassinat

Dans un communiqué diffusé mardi en fin de matinée, le Ministère public du bout du lac confirme qu’«une jeune femme, née en 1987, est décédée des suites de ses blessures après avoir été victime d’une agression commise par un homme, dans la nuit du lundi 11 au mardi 12 avril, à l’avenue de la Croisette, proche de la rue de l’Aubépine. Une enquête pour assassinat a été ouverte».

L’auteur de cet homicide est toujours en fuite. Il s’agirait selon lematin.ch d’un homme d’origine africaine mesurant 1m90 et âgé de 20 à 30 ans. Les éventuels témoins sont invités à prendre rapidement contact avec la brigade criminelle de la police judiciaire, joignable au +41 (0)22 427 72 40.

*Prénom d’emprunt

http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/27719824

Elle aimait danser et préparer le tiramisù

«Je suis sans voix. Je l’ai accompagnée à Genève dimanche soir», a raconté Paolo au site torinotoday.it. L’homme fait partie, comme Valentina T., tuée lundi soir, du même groupe Facebook organisant les voyages entre Turin et Genève. «Moi aussi je l’ai accompagnée plusieurs fois, quel drame», a témoigné Mauro, un autre membre du groupe. Le site internet a également appris que Valentina T. aimait danser et cuisiner particulièrement le tiramisù, qu’elle préparait en suivant la recette de sa mère. Celle-ci est attendue dans la ville du bout du lac avec son père et sa sœur.

5825A500C74554E44015F41D40BB5802

La famille de la jeune Italienne était très connue à La Loggia près de Turin. Le Conseil communal de la ville a observé une minute de silence mardi. «A la jeune femme et à la famille, nous envoyons toutes nos pensées», a déclaré le maire. L’Université de Turin est aussi sous le choc. Le Pr Franco Merletti, directeur de l’unité d’épidémiologie où a été diplômée Valentina, décrit une «jeune femme brillante et studieuse». C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on lui avait proposé une place à l’Université de Genève. «Il devait s’agir de ses derniers mois de doctorat», a expliqué à «La Stampa» Laura De Marco, coordinatrice du laboratoire de recherche moléculaire où Valentina a terminé son cursus universitaire.

Auteur activement recherché

Valentina T. est décédée lundi soir après avoir été agressée avec une barre de fer. La police recherche toujours son agresseur. Il s’agirait d’un homme d’origine africaine mesurant 1m90 et âgé de 20 à 30 ans. Les éventuels témoins sont invités à prendre rapidement contact avec la brigade criminelle de la police judiciaire, joignable au +41 (0)22 427 72 40.

www.20min.ch/ro/

Une réflexion sur “Genève: un Africain fracasse le crâne d’une étudiante à coups de barre de fer

  1. Un noir d’un mètre 90 il ne doit y en avoir des centaines en Suisse quand même. Si on ne le trouve pas c’est qu’on n’y met pas le paquet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s