Actualité/Asile/Canton/Etranger/Immigration/Insécurité/Société/Violence

Une «mafia valaisanne» démantelée.

De jeunes Valaisans qui projetaient divers crimes, dont des brigandages et des assassinats, pourraient passer en jugement l’an prochain.

Onze Valaisans de 20 à 27 ans avaient créé une structure de type mafieux, subdivisée en trois parties, révèle lundi matin le site de Rhône FM. Outre une section économique et politique, la troisième section était une véritable entreprise du crime, projetant des vols, des brigandages, du trafic de stupéfiants et même des assassinats.

La radio valaisanne précise encore que les jeunes gens, domiciliés entre Randogne et Conthey, prévoyaient même l’attaque d’un fourgon blindé et avaient déjà réalisé des repérages préalables.

Les faits remontent à 2007 et 2008. En mai 2008, la police avait pu mettre le grappin sur quatre des membres du groupe, pris en flagrant délit, remontant ensuite la filière pour arrêter le reste de la bande.

L’instruction étant à bout touchant, le procès pourrait se tenir l’an prochain. Une quarantaine de parties civiles est recensée.

http://www.20min.ch/ro/news/romandie/story/Une–mafia-valaisanne–demantelee-22819224

http://www.lematin.ch/actu/gang-jeunes-valaisans-projetait-assassinats-358019

Durant deux ans, onze jeunes Valaisans ont commis une série de vols dont celui du McDonald’s de Sion en avril 2008. La bande, organisée, projetait des assassinats dans des communautés étrangères et l’attaque d’un fourgon blindé. Le dossier d’instruction est clos ce mardi.

Le gang volait dans les caves mais il se voyait déjà avec un empire digne de la mafia. Entre 2007 et 2008, ils ont collectionné les menus larcins dans le Valais central. Pourtant, nos onze Valaisans avaient de plus hautes «ambitions»: l’attaque d’un fourgon blindé. Ils projetaient aussi de mettre le canton à feu et à sang en commettant des meurtres. «Une telle volonté criminelle est tout à fait exceptionnelle. Je n’aurais pas un autre exemple à vous citer», réagit Jean-Marie Bornet, chef info et prévention de la police cantonale valaisanne. En mai 2008, ladite police stoppe fort heureusement ce gang. Elle en arrête quatre membres et met progressivement la main sur les autres. Un coup de filet suivi par des aveux qui font froid dans le dos.

Quarante parties civiles
Entre fin 2006 et mai 2008, le gang n’a pas chômé! Les inculpations pleuvent: brigandages qualifiés, actes préparatoires délictueux, tentatives de vols, dommages à la propriété, violations de domicile, etc. Bouclé en juin 2010 par le juge d’instruction Yves Cottagnoud, le dossier totalise 1207 pages.

A l’époque des faits, les prévenus sont âgés en moyenne d’une vingtaine d’années. Sept membres du gang ont des noms qui sentent le terroir valaisan. Deux autres viennent du canton de Vaud, les deux derniers sont originaires du Brésil ou de la Turquie. Ils sont en apprentissage, certains travaillent, un se trouve aux études. Seuls deux d’entre eux n’ont pas d’emploi. Domiciliés entre Sion, Salins, Uvrier, Conthey ou Randogne, ils commettent leurs larcins dans tout le Valais central. Jusqu’en avril 2008, les divers membres du groupe se spécialisent surtout dans les vols.

Le McDo cambriolé
Ils «visitent» de nuit divers clubs sportifs à Conthey, à Aproz ou à Sion. Ils cambriolent encore des chantiers, des restaurants, une buvette, un magasin et des particuliers. Selon la Radio Rhône FM, qui a révélé l’information hier matin, «on dénombre une quarantaine de parties civiles».

Les vols s’effectuent le plus souvent à deux, parfois seul. Souvent ils repartent bredouilles. Parfois, ils dérobent des bouteilles, des ordinateurs, des CD, des glaces, des coussins, de fausses armes à feu, voire une trottinette.

Le 27 avril 2008, ils passent à la vitesse supérieure et visent le McDonald’s de Sion. Vers 1 h 55, à trois, ils s’attaquent au responsable de l’établissement. Sous la menace d’une arme à feu factice, ils lui attachent les mains, lui couvrent la tête et lui extorquent le code du coffre. Ils repartiront avec un maigre pactole: 80 francs, des cigarettes et des billets de La Loterie. En partant, ils emporteront au passage des donuts et des chaussons aux pommes.

Local pour explosifs
Le gang a deux chefs. L’un étudie alors en 4e année du Collège de La Planta. Il n’ira jamais sur le terrain. Le second est employé de commerce. Le tandem a des projets de plus grande envergure pour leur gang. Il loue un local à Réchy pour y entreposer des armes, des munitions et des explosifs. Ils prennent des contacts pour apprendre à concevoir et à manier des mèches, des détonateurs. Dans leur collimateur: le braquage d’un fourgon blindé. Tout est méticuleusement repéré. Déjà organisé en un groupe «politique» et «économique», nos jeunes délinquants projettent une troisième section.

Celle-ci prévoit d’initier un trafic de drogue et surtout des meurtres. «Il s’agissait de tuer des personnes dans des communautés étrangères, installées en Valais, pour les dresser les unes contre les autres», nous indique une source qui a eu accès au dossier.

Instruction close
Qui dit meurtre, répond balles. Début avril et vers la mi-mai 2008, à Vétroz, des repérages sont effectués pour dérober des munitions.

Le gang dépêche quatre de ses membres pour aller cambrioler une cave le 24 mai. Ils ignorent que la police les a repérés et filés depuis quelque temps déjà. Elle cueille nos jeunes Valaisans en flagrant délit.

Ce mardi, la juge en charge du dossier, Catherine Seppey, a convoqué les onze prévenus pour une audience complémentaire. «Il s’agit de la dernière étape avant de clore l’instruction», nous a-t-elle indiqué. Le procès serait prévu pour 2011. D’après un avocat consulté, certains acteurs de cette saga peuvent risquer des condamnations allant jusqu’à plusieurs années de prison. «Et le fait d’avoir agi en bande représente des circonstances aggravantes», conclut-il.

Pas vraiment des enfants de chœur
Arrêtés puis libérés, certains prévenus ne se sont pas calmés pour autant. Quatre d’entre eux ont continué de consommer des drogues (marijuana, cocaïne, ecstasy, etc.). En décembre 2008, deux membres de l’ex-gang ont volé des bouteilles dans un hôtel à Anzère. En juin 2009 et en février 2010, un membre de la bande a rossé violemment son ex-petite amie. Toujours en juin 2009, un autre a endommagé la vitre du poste de gendarmerie à la gare de Sion avec une pierre. En août 2009, encore un autre a menacé de mort sa demi-sœur avec un couteau. En janvier 2010, il y a encore eu un cambriolage dans la succursale sédunoise des meubles Decarte.

http://www.lematin.ch/actu/suisse/gang-revait-mafia-358364

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s